MaliSituée à 557 km de Conakry et à 120 km de Labé, la préfecture de Mali est l’une des plus enclavées du pays, a constaté le correspondant de Guineematin.com dans la préfecture. Particulièrement dégradée, la route est l’un des freins au développement de cette belle préfecture qui a pourtant fourni (et continue de produire) à la Guinée d’éminents cadres et personnalités

Sur la route Mali-Labé dont le dossier est en état d’appel d’offre depuis 2007, la question qui se pose sur toutes les lèvres est ‘’Cette route sera-t-elle goudronnée un jour ? ’’ A Mali, nombreux sont ceux qui pensent que le bitumage des routes inter sous préfectorales et celle qui lie la préfecture de Labé est la principale cause de son retard. Cette route est devenue l’espoir des populations de la préfecture pour sortir de la pauvreté. Mais, le dernier coup de pioche sur le tronçon Mali-Labé date d’il y a dix ans (en 2004 !).

Certaines sous-préfectures sont presque coupées du chef lieu de la préfecture pendant l’hivernage, comme c’est le cas par exemple de Gaya, de Madina Wora, de Lébékérin etc.

Depuis longtemps, les usagers de ces localités traversent de grandes difficultés pour évacuer les produits agricoles où leurs malades vers le centre ville de Mali. Les commerçants subissent souvent d’énormes pertes à cause de ce manque de transport.

Pour ceux qui n’ont pas goûté ces derniers temps au trajet Mali-Labé, le transport est actuellement quarante deux mille francs guinéens (42 000 GNF) pour une distance de seulement 120 km. Et, évidemment, le moindre colis est inspecté, pesé avant d’être embarqué.  Son prix variera en fonction du volume du bagage et également selon la tête de son propriétaire-passager. La majorité des passagers qui se sont confiés à Guineematin.com jugent les coûts des bagages très élevés, notamment pour ce qui est des marchandises pour les commerçants, vendeurs et marchands.

Les  taxis qui font des va-et-vient arrivent parfois à faire descendre les passagers à certains endroits de la route, notamment à cause de la dégradation très poussée de certains ponts.

Dans ces taxis dits de neuf places, on transporte couramment une quinzaines de personnes par taxi : 10 passagers à l’intérieur et les 5 autres sur le porte-bagages.

Attention surtout à ne pas rater son taxi, il arrive que si cela vous passiez plusieurs jours à attendre le prochain entre Mali et Labé…

De Mali, Alpha Oumar Diallo pour guineematin.com

Commentaires