La rencontre Côte d’Ivoire-Grèce , mardi à 20h GMT à Fortaleza comptant pour la 3ème et dernière journée du groupe C du mondial 2014,

est le « match de la vie » pour les Ivoiriens qui rêvent d’une qualification « historique » au deuxième tour d’un mondial après deux revers en 2006 et 2010.

Abidjan qui s’est réveillé, ce mardi, sous une pluie, attend, impatiemment ce match qualificatif pour les 1/8è de finale du Mondial 2014. Jamais les Eléphants ne sont si près d’une place au second tour du mondial. A défaut d’une victoire, un match nul pourrait faire le bonheur des protégés de Sabri Lamouchi.

« Nous ne voulons pas d’une qualification par procuration. On bat la Grèce pour éviter tout calcul de probabilité. Les garçons savent qu’ils ont leur destin en mains » se convainc Raoul Azian, conducteur de travaux dans une entreprise de construction immobilière, ajoutant que « les Eléphants malgré leur piètre prestation en coupe du monde, n’ont jamais perdu le troisième match ».

Pour Ousmane Koné, vendeur d’articles ménagers, « c’est le match de la vie des Eléphants » qui doivent « mouiller le maillot » pour offrir cette « qualification à la Côte d’Ivoire » mobilisée derrière sa sélection.

Les joueurs ne disent pas le contraire. « Nous sommes motivés. Au niveau de l’état d’esprit, de la détermination et de l’engagement, nous devons être présents face à la Grèce. Nous sommes à 90 mns d’un grand bonheur. C’est à nous de ne pas rater cette occasion », rassure l’attaquant Wilfried Bony.

« Notre objectif est de qualifier la Côte d’Ivoire pour le deuxième tour. Lors des deux précédentes éditions, à ce stade de la compétition, nous faisions nos valises pour rentrer à la maison. Mais cette année, nous avons une chance avec ce troisième match qui est le match de la vie pour nous » renchérit Gervais Yao Kouassi dit Gervinho.

Cette communion d’esprit fait dire à Madeleine N’guessan, tenancière de maquis, « la fête sera totale aux alentours de 22h Gmt après la qualification sans bavure des Eléphants » qui savent qu’ils ont une « belle carte à jouer dans ce mondial ».

« Le meilleur des calculs, c’est de ne pas faire de calculs. On doit gagner pour panser toutes ces plaies avec la disparition du frère cadet de Yaya et Kolo Touré sans oublier les pertes en vies humaines que connaît la Côte d’Ivoire avec les inondations », rassure, pour sa part, le sélectionneur Sabri Lamouchi.

La Côte d’Ivoire (2è, 3 pts+0) joue la qualification pour le deuxième tour, mardi, face à la Grèce (4è, 1 pt-3) à Fortaleza sous la direction d’un trio arbitral équatorien avec Carlos Vera (38 ans) , assisté de Christian Lescano (31 ans)et Byron Romero (34 ans), le quatrième arbitre étant le Brésilien Sandro Ricci (40 ans).

 

 

Commentaires