Elhadj Badrou BAH, inspecteur de la ligue islamique régionale de LabéDepuis quelques semaines la ville de Labé est confrontée à un conflit ouvert entre la ligue islamique régionale dirigée par des notables soufis (Tidjaniyah) et des activistes sunnits encore appelés Wahabiyah, a constaté Guineematin.com sur place.

La cohabitation devient de plus en plus difficile entre les deux confréries islamiques dans la commune urbaine de Labé.

Lassés d’attendre l’autorisation d’ouvrir leurs quatre mosquées construites il y a belle lurette, des jeunes Wahabiyah ont décidé de passer à la vitesse supérieure en organisant des prières du vendredi dans leurs concessions privées situées dans certains quartiers de la commune urbaine de Labé.

Cette forme de protestation a offusqué l’Imâm de  Labé, Elhadj Thierno Badrou BAH, inspecteur régional de la ligue islamique qui réuni immédiatement son staff pour une réunion de crise. Suite à cette réunion, des responsables des quartiers concernés auraient été convoqués et blâmés par les chefs religieux.

Dénoncés sur les antennes d’une radio locale par des responsables de la ligue islamique, les jeunes Wahabiyah ont décidé de maintenir la pression jusqu’au moment où ils obtiendront l’autorisation d’ouvrir leurs mosquées. C’est dans cet esprit, qu’ils ont encore organisé des prières publiques dans plusieurs quartiers de la ville à l’occasion de la fête de tabaski.

Déterminés à en découdre avec ceux qui les empêchent d’exercer librement leur culte religieux, les Wahabiyah ont inspiré depuis samedi une plainte pour violation de domicile et menaces de mort contre deux citoyens du quartier Donghol accusés d’avoir été instrumentalisés  par la ligue islamique régionale.

Le groupe des Wahabiyah estime aujourd’hui que la cohabitation pacifique qui a été possible dans tout le pays doit aussi l’être à Labé. C’est pourquoi ils ont cherché un avocat et le dossier a été porté au niveau du préfet.

De Labé, Idrissa Sampiring Diallo pour Guineematin.com

Commentaires