Le drame s’est produit le dimanche dernier, 14 janvier 2018, aux environs de 19 heures. C’est le train de la compagnie Rusal/CBK qui a percuté une jeune femme à Tombolia-plateau, au secteur Industries, dans la commune de Matoto. Âgée d une quinzaine d’années, la victime dont l’identité n’est pas connue, a été décapitée et son bras coupé, a constaté sur place Guineematin.com, à travers un de ses reporters.

Jusqu’à ce lundi matin, les habitants de cette localité n’arrivaient pas à identifier la défunte. Le chef du secteur Industries, Lansana Yansané a confiée à notre reporter qu’il se rendait à la mosquée pour la prière du crépuscule lorsque cette jeune femme à été décapitée par le train de la CBK en provenance de Kindia. « Dans les bandes de 19h hier, je m apprêtais pour aller à la mosquée. Le train venait avec un excès de vitesse lorsqu’ il a écrasé cette jeune femme. Et depuis cette tragédie, personne de ce quartier n’arrive à reconnaître la victime », a-t-il expliqué.

Le chef secteur se dit révolté contre la compagnie Rusal qui jusque-là ne s’est pas rendue sur les lieux pour s’expliquer. Selon lui, seulement deux agents de sécurité s’y sont rendus et collaborent avec la police. « Aucun membre de la société Rusal/CBK n’est venu constater les faits étant donné que c est leur engin qui a fait cet accident. Nous sommes déçus et nous sollicitons que la situation de la société Rusal soit revue. Elle ne peut pas exploiter la terre guinéenne et causer des accidents sans rendre compte », a lancé monsieur Yansané.

Aissatou sadio Diallo pour Guineematin.com

Facebook Comments

Guineematin