Par GALF (Guinée Application de la Loi Faunique) du Réseau EAGLE NETWORK : Le jeudi 07 septembre 2017, M. Alpha Alimou Doumbouya a été situé sur son sort. Il a été reconnu coupable par le tribunal de première instance (TPI) de Dixinn du délit de détention, circulation et commercialisation d’une peau entière de panthère et deux peaux tannées de crocodile. Des trophées provenant d’espèces animales intégralement protégées par le code de faune mais aussi par la Convention de Washington.

Devant le tribunal, le prévenu a reconnu les charges mises à son encontre tout en demandant la clémence du juge. En ce qui concerne l’identification de ses fournisseurs, il a nié d’avoir un quelconque fournisseur. Or, s’interroge-t-on, pendant 30 ans que Doumbouya a exercé cette profession de cordonnier ayant pour but, la production d’articles artisanaux provenant des peaux d’animaux.

Prenant la parole, le procureur de la République auprès du TPI de Dixinn a tout d’abord rappelé les circonstances dans lesquelles Alpha Alimou Doumbouya a été arrêté. Pour lui, c’est à cause de ces agissements que la Guinée a été sanctionnée auprès de la Convention de Washington. A en croire ses déclarations, cette suspension est la conséquence directe du reflet des activités illicites des trafiquants de faune à l’image des Doumbouya. Dans ses réquisitions, il a insisté sur l’application rigoureuse des articles 47, 48,126 et 164 du code de faune tout en demandant au juge de retenir le prévenu dans les liens de la culpabilité de détention, circulation et commercialisation. Par conséquent, il demande de le condamner à 6 mois de prison ferme et 90.000 GNF d’amende.

Marchant sur les mots du Ministère Public, l’avocat du Ministère de l’Environnement, constitué partie civile, a sollicité l’application correcte de la loi en référence à l’article 164 du code de faune et règlementation de la chasse. Sur l’action civile, il a demandé le paiement de la somme de 100.000.000 GNF à titre de dommage et intérêt à l’Etat.

Quant à la défense qui a rejeté d’un revers de mains toutes les charges mises sur son client, estime qu’une ONG serait derrière toute cette aventure. Pour lui, il n’y a aucune infraction dans cette affaire sans pour autant apporter toutes les preuves de son argumentation.

Pour rappel, le prévenu Alpha Alimou Doumbouya a été pris en flagrant délit de détention, circulation et commercialisation d’une peau entière de panthère et deux peaux de crocodiles tannées grâce à l’Interpol et les agents du Corps des Conservateurs de la Nature avec le soutien du projet Eagle-Guinée. C’était le 29 août 2017 aux abords de l’hôpital Sino-guinéen situé à Kipé dans la commune de Ratoma.

Dans son délibéré, le juge a déclaré coupable Alpha Alimou Doumbouya des faits de détention, circulation et commercialisation d’une peau de panthère et deux peaux de crocodiles. Sur l’action publique, condamne à 6 mois de prison ferme et 90.000 GNF d’amende. En ce qui concerne l’action civile, il a reçu l’Etat dans sa constitution de partie civile et le condamne au paiement du montant de 25.000.000 GNF à titre de dommage et intérêt.

Il faut retenir que cette décision a été hautement saluée par les activistes du projet Eagle-Guinée, partenaire du Ministère de l’Environnement engagé en ces dernières années dans la lutte contre la criminalité faunique, afin de redorer le blason du pays à l’image international.

Il faut rappeler que le trafic d’espèces est un crime organisé transnational. Il représente le 5ème commerce illégal le plus important au monde amassant plus de 20 milliards de dollars chaque année.

Fatou Kourouma du GALP

Commentaires