Comparant devant le Tribunal de Première Instance de Labé, statuant ce mardi, 10 octobre 2017, en matière correctionnelle et en premier ressort, suite à une plainte pour diffamation déposée par sa petite sœur, Madame Fatoumata Diariou Diallo, l’accusé Ibrahima Sory Diallo connu sous le sobriquet de « Maitre Tintin » a nié les faits qui lui sont reprochés et déploré la publication d’un article le concernant à ce sujet par votre quotidien en ligne, rapporte un correspondant de Guineematin.com dans la région.

Conformément à la « citation à prévenu libre » servi le 25 septembre 2017 à 15h37 par Maître Samba Tony DIALLO, Huissier de Justice à Labé, le chauffeur Ibrahima Sory Diallo dit « Maitre Tintin », âgé de 64 ans devenu chef du quartier Mosquée de la Commune Urbaine de Labé s’est présenté ce mardi, 10 octobre 2017, devant le Tribunal de Première Instance de Labé, statuant en matière correctionnelle dans la salle ordinaire des audiences du palais de justice de ladite ville.
Il est accusé de « s’être, à Labé courant année 2017 en tout cas depuis temps non prescris, rendu coupable de diffamation au préjudice de Madame Fatoumata Diariou Diallo en lui proférant des allégations devant plusieurs personnes, lesquelles étant de nature à porter atteinte à son honneur et à sa considération, faits prévus et punis par les articles 460 du Code de Procédure Pénale, 363, 365 du Code Pénal.»
Sur les circonstances de cet incident, on rapporte que « Monsieur

Ibrahima Sory DIALLO est opposé à Madame Fatoumata Diariou DIALLO pour le partage de la succession de leur père Elhadj Marouwane DIALLO dont le dossier est pendant au Tribunal de Première Instance de Labé.»

Que dans le cadre de l’examen de cette affaire, le Tribunal a ordonné un transport judiciaire qui a été effectué, le 13 janvier 2017. A cette occasion, Monsieur Ibrahima Sory Diallo a déclaré que Madame Fatoumata Diariou DIALLO n’a pas été reconnu par leur feu père. Que celle-ci ne fait pas partie des héritiers de feu Elhadj Marouwane DIALLO.

Mais, attendu que ces propos sont de nature à rendre indigne la requérante, et, de ce fait la mettant à l’écart de tous droits concernant la famille de leur père.

Aussi, attendu que seul Elhadj Marouwane DIALLO a la qualité de contester la légitimité de Madame Fatoumata Diariou Diallo ;
Cependant, celui-ci ne l’a pas fait jusqu’à son décès et n’a laissé aucun testament à ce propos ;

Par conséquent, aucune autre personne n’a ni qualité ni droit de renier Madame Fatoumata Diariou DIALLO ;

C’est pourquoi, elle saisit le Tribunal de céans pour que justice soit rendue.

Au cours des débats ouvert ce mardi, 10 octobre 2017, l’accusé Ibrahima Sory DIALLO a catégoriquement nié avoir tenu des propos de ce genre. Pour en convaincre davantage, il rappelle qu’il a même l’habitude de préparer quand sa sœur a une cérémonie. Mieux, il brandi une copie d’un article que Guineematin.com a publié avec la photo de l’accusé sur cette affaire.

Un des représentants du Ministère Public a même demandé si la plaignante est liée à la publication de cet article. La dame a répondu par la négative.

Toujours est-il que l’affaire a été renvoyée en huitaine mais la plaignante promet de verser dans le dossier le procès-verbal du transport judiciaire dans lequel sont mentionnés les propos diffamatoires incriminés.

Elle a rappelé que le juge chargé du dossier, l’actuel président de la délégation spéciale de la commune urbaine de Labé et d’autres personnes sont témoins de ces propos qui ont été tenus par son grand frère le jour du transport judiciaire pour le partage de la succession de leur père.

De Labé, Idrissa Sampiring DIALLO pour Guineematin.com

Facebook Comments