Une année après les évènements tragiques de Mali qui ont fait plusieurs dégâts matériels, justice n’a toujours pas été rendue malgré les promesses des autorités. Une situation qui inquiète les victimes.

Joint au téléphone par Guineematin.com ce vendredi 23 juin 2017, le conseiller communal de Mali, Elhadj Ousmane Dieng, est revenu sur ce qui a été fait depuis les évènements. « Cela fait une année depuis que les évènements se sont produits à Mali. Des investigations ont été faites. Au passage du ministre de la Justice, il avait promis que toute la lumière sera faite et que les coupables seront sanctionnés à la hauteur de leur forfaiture », a-t-il rappelé.

Selon ce conseiller communal, une mission judiciaire est allée à Mali pour rencontrer individuellement des militaires suspects et d’autres personnes qui pouvaient apporter des témoignages sur ce qui s’est passé. La mission a travaillé pendant trois jours avant de demander à la population d’attendre le procès qui allait se tenir. « Ils nous ont laissé entendre que des militaires proches du colonel Issa Camara ont été aussi entendus à Labé et à Conakry ; mais que le procès se tiendra à Labé. Jusqu’à présent, il n’y a rien », a déploré, Elhadj Ousmane Dieng.

Aux dires d’Elhadj Dieng, les victimes sont à la fois indignées et surprises par la lenteur qu’à pris le dossier. «La population n’est pas du tout satisfaite. Les gens se demandent si ce n’est pas une façon de les calmer. On se pose assez de questions et aucune promesse pour l’indemnisation des victimes. A l’heure actuelle, nous sommes surpris et indignés. Sinon, il y a eu plusieurs procès depuis juin 2016 », a-t-il dit.

Egalement joint au téléphone par Guineematin.com, le président de la société civile de Mali, Boubacar Arsama Diallo, estime que l’espoir des victimes est déjà très mince. « Du côté des victimes, il y a un petit espoir dans la mesure où il y a certains organismes internationaux qui sont actifs par rapport au dossier. Nous espérons que le procès aura lieu et que la vérité sera dite. Mais, l’espoir est très maigre », a-t-il dit.

Enfin, concernant ce qui a été fait depuis le passage du ministre de la justice à Mali, Boubacar Arsama Diallo a évoqué l’inculpation d’un groupe de personnes: « Pour le moment, ils ont juste auditionné les militaires. Il y a 24 personnes (civiles et militaires) qui semblent être inculpées. Nous avons appris qu’ils sont entrain de préparer le procès qui doit se tenir à Labé ; mais, la date n’est toujours pas fixée ».

Mamadou Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél. : 622 68 00 41

Facebook Comments

Guineematin