Moussa Tatakourou DiawaraMoussa Tatakourou Diawara, un journaliste collaborateur de Guineematin.com, vient de nous annoncer son interpellation à Kaloum par des policiers qui l’auraient également molesté et cassé la caméra avec laquelle il prenait des images dans l’exercice de sa profession de journaliste.

« Il y a plusieurs policier qui s’entassaient dans un taxi qu’ils venaient de faire garer. J’ai donc voulu prendre les images. C’est là que les policiers se sont jetés sur moi. Ils m’ont blessé un peu partout sur le corps. Ils ont cassé ma caméra avant de me trimbaler au commissariat de Kaloum », a expliqué le journaliste de Guineematin.com à notre rédaction.

Aux dernières nouvelles, le commissaire central de Kaloum aurait dit vouloir laisser chacun faire son travail et renvoyé le journaliste et les policiers vers le commissariat central de la routière…

Les notions de liberté et de droit sont très relatives en République de Guinée. Très souvent, les hommes en tenue agissent comme dans une jungle, le plus fort écrase les plus faibles. Et, c’est comme ça que le patron du BATA s’est attaqué à un magistrat en fonction dans son bureau la semaine dernière.

Un autre journaliste qui travaille pour le groupe de presse « Le Lynx » est actuellement au tribunal avec un autre agent qui s’est permis de le gifler, alors que ce dernier aussi était en plain exercice de son travail de reporter. Un journaliste interdit de sortir ses appareils pour immortaliser les faits et actions qui se passent sous ses yeux est comme interdit de travail.

Ancien directeur de la radio Baté Fm de Kankan, Moussa Tatakourou Diawra a goûté à l’exil quelques mois pour échapper à une tentative de lynchage avant de regagner notre pays, il y a quelques mois.

Depuis, il collabore avec des sites d’informations basés à Conakry, notamment Guineematin, Mosaïqueguinee et Guinee24.

Facebook Comments