Suites aux manifestations des jeunes de Kamsar village contre le délestage électrique depuis la nuit du jeudi au vendredi 09 juin 2017, qui semble être maîtrisées désormais par les forces de l’ordre, une véritable chasse à l’homme s’opère depuis hier nuit dans les quartiers de la banlieue, rapporte le journaliste de Guineematin.com qui est sur place.

Contactée au téléphone dans la matinée de ce samedi 10 juin 2017, madame Sama Kaba disait être en route pour la gendarmerie. C’est sur place que madame le sous-préfet de Kamsar aura les informations précises sur les personnes déjà interpellées.

Selon monsieur Lamarana Bah, dit « John », président de l’Union des associations des jeunes de Kamsar, qui a contacté Guineematin.com tôt ce matin, trois (3) jeunes gérants des TPE seraient parmi les personnes arrêtées nuitamment à leurs domiciles par la gendarmerie et beaucoup d’autres sont vivement recherchés dont lui-même.
Voici les noms des jeunes arrêtés, cités par notre interlocuteur :

– Dine Mansaré, gérant de la société de nettoyage et curage industriel (SONECI) ;

– Mamady Traoré, gérant de la société de nettoyage des bureaux (SONEB) ;

– N’Faly Dafé, professeur de lycée, secrétaire chargé à l’emploi des jeunes de Kamsar.

Les personnes recherchées mais non trouvables pour le moment, il y a lui-même Lamarana Bah « John », président de l’Union des associations des jeunes de Kamsar et récemment choisi par la commission de suivi et réflexion de la crise à Boké, comme le président du comité de veille de Kamsar. Il y a également Salifou Keita dit « Marco », gérant de la SOCAN, Aliou Conté, DG de la société de gardiennage SOTRAC lui aussi membre du comité de veille, le jeune connu sous le sobriquet « Socra » gérant de la société de vidange des fossés (SODIDFOS) et Sanoussi Coumbassa, qui sont tous recherchés pour être arrêtés.

Et, selon toujours la même source, le jeune nommé Bambo, un petit sûr du maire de Kamsar Djibril Trésor Bangoura, serait celui qui a cité ces différents noms aux forces de l’ordre comme pour dire qu’ils sont les meneurs du soulèvement.

« Toutes ces personnes ont été listées par Bambo, un petit sûr du maire. C’est très tôt la nuit qu’on m’a signalé ce complot et j’ai aussitôt quitté la maison. Je suis actuellement dans Kamsar à un lieu sûr avec deux de mes amis aussi ciblés. Si non ce sont deux pickups de gendarmerie qui ont débarqué chez moi nuitamment pour m’enlever mais ils m’ont trouvé. Ils sont allés ensuite chez Socra, ils ne l’ont pas trouvé, ils y ont trouvé trois jeunes qui faisaient le thé. Ils leur ont demandé après lui. Les jeunes ont répondu qu’ils ne connaissent pas. Alors ils ont arrêté les trois jeunes, les amener, les torturer de sorte qu’ils indiquent où se trouve Socra. Mais ils ont maintenu leur réponse qu’ils ne connaissent pas. Finalement ces trois derniers ont été relâchés. Mais ce qui est sûr, ce samedi nous nous irons vers eux. Ils nous feront de ce qu’ils veulent nous faire », a largué John Bah dans sa cachette.

Enfin, à en croire monsieur Lamarana Bah, le président de la commission de suivi et réflexion de la crise à Boké, Oumar ODD Diallo et les autorités à tous les niveaux sont informés de cette situation.

A suivre !

De Kamsar Mamadou Diouldé Diallo pour Guineematin.com

Facebook Comments