Après la rentrée universitaire du lundi, 16 octobre 2017, les cours sont perturbés, depuis ce mardi, à l’Université Hafia de Labé où le collectif des enseignant-assistants et attachés de recherches a repris les choses en mains et exige la satisfaction totale de ses revendications avant d’aller en classe, rapporte un correspondant de Guineematin.com dans la région.

Avec cette rentrée universitaire abordée en 2017 sur fond de crise, une lueur d’espoir d’une bonne reprise des cours a soufflé, hier lundi, 16 octobre sur l’Université Hafia de Labé. «Les enseignants sont nombreux, ils sont là. Si les étudiants se présentent, nous allons donner les cours. Nous ne sommes pas dans une logique de grève» rassurait le Recteur de l’Université Hafia de Labé, Dr Elhadj Mamadou Dian Gongoré Diallo.

Au lendemain de cette sortie médiatique, le collectif des enseignant-assistants et attachés de recherches est monté au créneau pour démentir les déclarations du Recteur de l’Université Hafia de Labé.

« Ce n’est pas vrai, parce que celui qui se sent concerné par cette revendication ne va pas se hasarder à aller en classe. Aucun professeur n’était à Hafia. A la réunion d’ouverture, il n’y a pas eu consensus par rapport à une éventuelle ouverture des classes. Toutes les universités doivent conjuguer encore les mêmes efforts. Lorsque tout va entrer en ordre, nous irons en classe. C’est notre métier. Rétablir les assistants et attachés de recherches dans leurs droits consiste à faire un autre arrêté incluant leurs parts. Nous savons qu’un premier arrêté conjoint du Ministre de l’Enseignement Supérieur et celui de l’Economie et des Finances accordant respectivement aux Maîtres Assistants, Maîtres de Conférences et Professeurs des primes de 6 millions, 8 millions et 10 millions de francs guinéens » a-t-on averti.

Visiblement affecté par ce rebondissement, le Recteur de l’Université de Labé, Dr Mamadou Dian Gongoré Diallo multiplie aujourd’hui les appelles à une prise de conscience collective des jeunes enseignants en vue d’une bonne préparation à la relève.

« Il y a des jeunes qui n’ont pas compris. Mais, ils doivent savoir que l’arrêté en question présente énormément pour les jeunes enseignants qui sont ces assistants. L’ensemble des Maîtres Assistants, de Maîtres de Conférences et de Professeurs d’Universités ne fait pas 400. Mais, les assistants sont au moins 1000. Nous qui sommes enseignants de rang magistral, quelque soit P(X), les plus jeunes parmi nous ont 60 ans. La retraite c’est à 70 ans. Ils ne bénéficieront donc des avantages que pendant 10 ans. Nous allons droit vers la retraite. Eux, c’est leur avenir. Il y a eu un acte qui promeut l’Enseignement Supérieur. Il devait y avoir un esprit d’émulation pour que ces jeunes se battent, pour faire des diplômes et pour avancer en grade en vue de bénéficier de ces avantages », a souhaité le Recteur de Labé.

Par ailleurs, notons que l’Université Hafia de Labé compte au total 130 chargés de cours dont 125 assistants et 5 Professeurs de rang magistral, parmi lesquels certains se trouvent dans une incapacité d’exercer pour des raisons de santé.

De Labé, Idrissa Sampiring DIALLO pour Guineematin.com