Comme décidé par le gouvernement, la rentrée universitaire 2017-2018 a effectivement eu lieu dans les institutions d’enseignement supérieur ce lundi, 16 octobre 2017. Si dans certaines universités les cours proprement dits n’ont pas démarré, à l’Université Nongo Conakry, les étudiants ont reçu les premières leçons, a constaté Guineematin.com à travers un de ses reporters.

A en croire le professeur Mamadou Aliou Souaré, vice-recteur chargé des études, tous les professeurs qui étaient programmés pour cette première journée ont répondu à l’appel. Au même moment, l’inscription et la réinscription des étudiants se poursuivent.

« Les étudiants sont partagés entre deux choses : ceux qui s’étaient inscrits bien avant aujourd’hui sont en classe et ceux qui sont venus aujourd’hui sont alignés en nombre en train de se faire réinscrire. Parallèlement, les nouveaux étudiants s’inscrivent eux aussi », a dit le vice-recteur.

Trouvé en situation de classe, Ibrahima Sory Bah, professeur de Psychologie au département Sociologie s’est entretenu avec ses étudiants. « Ce matin, nous sommes sur le programme et on a fait la présentation du syllabus. Après, je suis en train de leur expliquer les différentes méthodes que nous devons utiliser pour atteindre les objectifs que nous nous sommes fixés. J’ai fait tout le briefing ; et, à leur tour, ils vont poser des questions », a-t-il expliqué au reporter de Guineematin.

De son côté, Fatoumata Binta Diallo, étudiante en licence 2 Sociologie dit avoir bien commencé les cours. « On a bien commencé les cours et le professeur a bien expliqué. Il nous a donnés le programme et on écoute les explications pour poser nos questions. Je croyais que je n’allais pas trouver beaucoup de personnes en classe ; mais, heureusement, j’ai trouvé au moins une quinzaine d’étudiants. Je me sens à l’aise de me retrouver avec mes amis », se réjouit cette étudiante qui invite les autres à venir reprendre les cours.

Enfin, le chef de service de la scolarité a dit que l’UNC a déjà enregistré une centaine de bacheliers qui étaient orientés dans les universités publiques.

Siba Guilavogui pour Guineematin.com