Comme annoncé dans un précédent article, Conakry abrite depuis le lundi 15 mai, la XVIIème Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement de l’OMVS (Organisation pour la Mise en Valeur du Fleuve Sénégal). Après la réunion préparatoire des gouvernements, ténue les 15 et 16 mai dernier, c’est au tour des Chefs d’Etat de l’OMVS de se retrouver, ce mercredi 17 mai, a constaté Guineematin.com, à travers un de ses reporters.

Le professeur Alpha Condé a cédé le fauteuil de président en exercice de la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement de l’OMVS à son homologue sénégalais, Macky Sall.

Ensuite, c’est Cheikh Taliby Sylla, ministre guinéen de l’énergie qui devient président en exercice du conseil des ministres de l’OMVS. Un poste occupé jusque là par le ministre mauritanien du Pétrole, Mohamed Vettah.

L’occasion a été pour les 4 chefs d’Etat présents, d’analyser et d’adopter le rapport du président du Conseil des Ministres. Cette conférence a alors adopté plusieurs résolutions dont entre-autres : la résolution relative à la Convention portant création de la SOGEOH (Société de Gestion des Ouvrages du Haut Bassin), et la résolution relative à l’élaboration d’un plan d’investissement global.

Dans son allocution, le président de la République Islamique de Mauritanie, Mohamed Ould Abdel Aziz a salué les nombreuses actions réalisées par le président Alpha Condé à la tête de cette organisation. Au vue de ces réalisations concrètes, Mohamed Ould Abdel Aziz a indiqué que « l’OMVS constitue aujourd’hui un outil inestimable et un levier efficace pour l’intégration des économies et le développement des pays membres. La volonté de toujours aller de l’avant, l’esprit de solidarité et de l’abnégation qui nous ont constamment guidés, nous anime davantage à l’occasion de cette VIIème Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement, pour la tenue d’une nouvelle étape, dans la réalisation de notre ambition partagée », a-t-il affirmé.

De son côté, Ibrahima Boubacar Keïta, président de la République du Mali, a rappelé que de nombreux efforts restent encore à fournir, citant de passage : « la navigabilité du fleuve Sénégal, de Saint Louis à Ambidi au Mali, qui a toujours constitué une des ambitions majeures de l’OMVS depuis sa création, et qui attend jusque-là d’être concrétisé. Et nous sommes impatients mes chers frères. Et vous le comprendrez que le pays n’ayant pas d’accès côtier, il est évident que si l’approche de mon pays était facilitée par ce biais là, nous en serions bien à l’aise », a laissé entendre IBK.

Le président Alpha Condé, est d’abord revenu sur la Conférence des Chefs d’Etat en 2015, soit à quelques mois de la réunion de Paris, consacrée au changement climatique. Selon lui, cette réunion a permis de faire une déclaration invitant les pays membres de l’OMVS à soutenir le sommet de Paris et à davantage intégrer cette dimension nouvelle en des projets et programmes : « c’est parce que, dans le cadre de l’OMVS, nous sommes d’abord unis par l’eau qui, naturellement est tributaire du changement climatique ».

Ensuite, pour renforcer son attachement au climat et à la source du fleuve, Alpha Condé dit avoir instruit le commissaire de l’OMVS « à mettre en place un mécanisme de protection des écosystèmes, de la source du fleuve, par la création d’un observatoire de l’environnement du massif du Fouta Djallon », a dit le professeur Alpha Condé.

Enfin, Macky Sall du Sénégal, président entrant de la Conférences des Chefs d’Etat, a promis de suivre les œuvres déjà entamées par son prédécesseur, pour que l’OMVS continue de remplir sa mission. Conscient des enjeux qui l’attendent, Macky Sall à promis de tout mettre en œuvre pour l’amélioration des performances de cette organisation en vue de répondre aux besoins de développement des quatre pays. Pour y arriver, il promet de faire une réforme institutionnelle de l’organisation.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Commentaires

No Comments