Comme annoncé dans précédentes publications, l’opposition guinéenne a appelé à une journée « ville morte », ce lundi, 14 mai 2018, à Conakry et dans certaines villes environnantes pour protester contre la falsification des résultats des élections locales du 04 février dernier et exiger la publication des vrais résultats. Sur l’autoroute Fidel Castro, même si la circulation était normale, le commerce a été durement touché, rapporte un journaliste de Guineematin.com qui y a fait un tour.

De Kountia (dans la préfecture de Coyah à Madina), en passant par Dabompa, Tombolia, Entag, Kissosso, Matoto, Yimbaya, Gbessia et Bonfi, la circulation était normale. Il y avait même des bouchons par endroit. Les stations-services et les quelques rares établissements bancaires étaient fonctionnels.

Selon le constat de notre reporter, entre 8 heures et 11 heures, sur cet axe, c’est le secteur du commerce qui a durement ressenti cet appel des adversaires d’Alpha Condé. Plusieurs boutiques et magasins sont restés fermés. Au marché d’Entag par exemple, les boutiques situées au bord de la route étaient fermées. Mais, quelques étalagistes étaient visibles sur la chaussée. Même constat au niveau de Sangoyah mosquée ou Sangoyah carrefour où tous les grands magasins étaient fermés aux environs de 10 heures.

Au grand marché de Matoto, deuxième poumon économique de Conakry, la circulation était normale ; mais, le commerce était fortement paralysé et plusieurs étalagistes n’avaient pas exposé leurs produits. Mais, les vendeuses des condiments étaient présentes. Même constat dans les différents marchés de Yimbaya, de Gbessia rond-point et de Bonfi.

A rappeler qu’après l’échec des négociations au niveau du comité de suivi de l’accord politique du 12 octobre 2016, l’opposition guinéenne a décidé de reprendre la rue pour exiger du pouvoir la publication des vrais résultats issus du scrutin local du 4 février dernier.

Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél. : 622 68 00 41

Facebook Comments

Guineematin