Pour la deuxième fois, Kadiatou Sow, Mohamed Lamine Soumah et Amadou Bah, alias Sifo, ont comparu ce mercredi 18 octobre 2017 devant le tribunal de première instance de Dixinn. Ils sont poursuivis pour vol et recèle au préjudice de Docteur Abdoulaye Bah et de sa femme Aicha. Après quatre (4) mois de détention, Mademoiselle Kadiatou Sow a été mise en liberté provisoire, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Arrêté le 3 juin 2017, Mohamed Lamine Soumah, vendeur de friperie au marché de Matoto, sur qui on a retrouvé un des téléphones volés, a reconnu les faits de recèle. Mais, il déclare l’avoir acheté des mains de Kadiatou Sow. « J’ai acheté le téléphone TEKNO J8 à 650.000 GNF dans les mains de Kadiatou Sow à Matoto-Bordeaux. Ensuite, je l’ai demandé son nom, son numéro de téléphone, son adresse et elle m’a même donné le nom de son jeune frère. Je ne savais pas que c’est un appareil volé », a-t-il expliqué.

Prenant la parole, le procureur s’est interrogé sur le fait que la fille vende l’objet qu’elle a volé en laissant à son client son nom, son numéro de téléphone, le nom de son jeune frère et son adresse complet. Il s’est trouvé pourtant que Kadiatou Sow même habitant à Sonfonia a vécu à Sangoyah Fassia jusqu’en 2015 et a un jeune frère nommé Abdourahmane Sow.

Pour sa part, la principale accusée dans l’affaire a nié en bloc l’accusation formulée par Mohamed Lamine Soumah. Kadiatou Sow soutient ne jamais l’avoir vu auparavant. Elle a expliqué également dans quelle circonstance elle fut arrêtée. « Je n’ai jamais connu Mohamed Lamine Soumah et je l’ai jamais vendu un téléphone. J’habite à Sonfonia avec ma maman. C’est le 6 juin dernier, pendant le mois de Ramadan, qu’on m’a appelé soit disant de venir à Mariador Palace où j’avais déposé des papiers pour un entretien d’embauche. C’est là bas que des gendarmes m’ont dit de les suivre à la brigade de recherche de Kipé. C’est là où j’ai vu Mohamed Lamine Soumah qui m’a indexé d’être celle qui lui a vendu le téléphone », a déclaré Kadiatou Sow.

En outre elle affirme vivre sous le même toit que le couple victime de vol, dont la femme est une intime amie à elle. « Oui, je connais la propriétaire du téléphone du nom de Aicha parce que je vis avec elle et son mari. Nous ne sommes pas apparentées, mais c’est elle qui a souhaité que je vienne vivre avec elle et son mari. Le jour du vol, c’est moi même qui suis revenue à la maison la première. Quand j’ai ouvert, la porte était défoncée, je me suis rendue compte que la maison a été vandalisée. J’ai aussitôt appelé Aicha pour l’informer, la considérant comme ma sœur », a dit la prévenue.

Poursuivant, elle déclare que le couple victime de vol n’est pas à sa première expérience. Selon elle, c’est la troisième fois que Docteur Abdoulaye Bah voit sa maison vandalisé et ses objets emportés. Pour finir, Kadiatou Sow soutient qu’une personne est derrière elle dans le simple but de lui faire du mal.

Dans la même affaire, Amadou Bah avait aussi été arrêté. Il a nié en bloc toutes les accusations portées contre lui en affirmant n’avoir jamais vu, ni aperçu Kadiatou Sow et Mohamed Lamine Soumah.

En entendant la comparution de la partie civile mercredi prochain, mademoiselle Kadiatou Sow a bénéficié d’une liberté provisoire et mise à la disposition de son avocat, Maître François Mansaré.

Mouctar Barry pour Guineematin.com

Tél. : 621 607 907