Ebola imageAprès l’alerte sur la présence du virus  hémorragique Ebola dans la préfecture de Pita, dans la région administrative de Mamou, en moyenne Guinée, la psychose s’était installée chez certains dans la cité, a constaté le reporter de guineematin.com dans préfecture.

Le jeudi 31 juillet 2014, une femme du quartier Guémé, dans la commune urbaine, s’est vue refuser son argent au marché central de Pita. Une habitante de la ville qui est connue être de la même famille que celle qui est décédée d’Ebola le 21 juillet 2014.

Arrivée sur le marché pour chercher des condiments, elle s’est heurtée au refus de son argent au niveau de plusieurs tabliers. Surprise et surtout choquée par cette stigmatisation, la dame s’est rendue chez le chef du quartier de Guémé pour se plaindre de ce qui lui arrive. Ne pouvant pas grand-chose face à une telle situation, le chef du quartier s’est adressé à son tour à l’imam de la mosquée de cette localité. Et, le rôle est finalement revenu à l’imam de consacrer une bonne partie de son sermon du vendredi 1er août sur les méfaits de la stigmatisation de personnes humaines.

La situation a été saisie par les autorités sanitaires et une campagne de sensibilisation a été lancée sur les mesures de prévention du virus Ebola et les facteurs contribuant à la propagation de la maladie.

De Pita, Alpha Oumar Diallo pour Guineematin.com

 

Facebook Comments