Un post joyeux ou tristounet a vite fait d’en entraîner d’autres. Sur Facebook, les émotions s’attraperaient se transmettraient d’un utilisateur à l’autre comme la varicelle.

Vous avez passé la journée à réconforter une amie déprimée et vous avez les idées tristes. N’allez pas sur Facebook ! Sauf à vouloir contaminer vos proches de vos émotions négatives ! Comme tout réseau social qui se respecte, la toile de Facebook attrape tout sur son passage : les photos, les messages et même les émotions. Une étude de l’université de Cornell aux Etats-Unis montre que notre état émotionnel peut être contagieux quand il est exprimé sur les réseaux sociaux comme Facebook.

Le Dr Jeff Hancock, professeur de communication à l’université de Cornell, a analysé le contenu de 698 000 utilisateurs Facebook choisis au hasard. Les histoires positives ou négatives, ainsi que les alertes et mises à jour de chaque profil ont été décortiquées de façon à observer l’impact émotionnel des textes sur l’utilisateur. Par souci des règles de confidentialité, le contenu exact n’a pas été examiné. Seuls les mots à connotation positive ou négative ont été recensés. En tout 3 millions de posts sont ainsi passés au « tamis émotionnel ».

Un contenu viral

Verdict : « les personnes dont le contenu positif plutôt était réduit sur leur timeline sur une semaine ont eu tendance à employer plus de mots négatifs dans leur statut », explique le chercheur. A l’inverse, quand la personne avait peu de contenu négatif sur sa timeline, son statut se révélait souvent plus positif.

Cette nouvelle étude, à paraître dans la revue scientifique Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America, démontre que malgré l’écran, les utilisateurs de Facebook restent perméables aux états d’esprits des autres. Mais de là à rendre dépressif, il y a un pas que ne se risque pas à franchir cette étude.

Vous êtes-vous déjà senti triste en lisant des posts « négatifs » sur votre profil ? Témoignez sur le forum !

Facebook Comments