Amadou Diouldé Diallo, conferencePoursuivant sa tournée de sensibilisation et d’explication sur l’histoire Fouta Djallon et de l’épineuse question du Manden Djallon, le journaliste historien, Amadou Diouldé DIALLO continue son périple. Apres l’étape de Columbus où il a tenu avec attention nos compatriotes, le 4 janvier dernier, il était à  Atlanta en Géorgie le mardi 6 janvier 2015 pour toujours animer des conférences de sensibilisation sur l’histoire du Fouta en particulier et celle guinéenne pour l’intérêt de la diaspora.

L’objectif de cette tournée, selon le conférencier, est dans un premier temps faire comprendre aux peulhs du Fouta Djallon que tous ceux qui vivent avec eux au Fouta sont leurs frères et ensuite leur faire savoir dans le second temps qu’ils doivent savoir que l’unité de la Guinée doit être un sursaut d’orgueil pour tous les guinéens.

Amadou Diouldé Diallo, Atlanta groupePlus loin le conférencier dans son speech dira que  depuis l’arrivée du président Alpha Condé au pouvoir, une campagne d’intoxication est en train de disloquer les relations historiques et parentales existantes entres les foutaniens. Le Mandéen Djallon, selon le conférencier, n’a jamais existé car pour lui, toujours des relations de bon voisinage ont existé. Cela veut dire, qu’il n’y a jamais eu deux peuples au Fouta, s’indigne M. Amadou Diouldé DIALLO.

Au cours de ses conférences, Amadou Diouldé DIALLO n’a pas manqué de dénoncer les manœuvres politiciennes du pouvoir en place à vouloir mettre un doigt entre l’arbre et l’écorce. Pour lui, ceci est inacceptable pour l’unité de la Guinée. Il est inacceptable que ce pouvoir nous divise parce que c’est pour des fins politiques et c’est juste pour un temps. Les malinkés qui habitent au Fouta Djallon sont du Fouta et ils sont chez eux

Amadou Diouldé DiouldéLa connaissance de l’histoire du Fouta Djallon par la diaspora foutanienne est un sacerdoce pour la  coordination Haali Poular, coiffée par le doyen El hadj Saïkou Yaya Barry pour que l’unité de la nation guinéenne ne soit pas effritée par un pouvoir qui doit changer du jour à l’autre conclura-t-il.

Daouda Diallo

Atlanta pour Guineematin.com

 

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin