Fodé Oussou Fofana, vice-président de l'UFDG et président du groupe parlementaire des Libéraux-démocrates à l'Assemblée nationaleL’opposition guinéenne tient à aller aux élections communales et présidentielles à tout prix, l’une après l’autre au cours de cette année. Selon le vice- président de l’UFDG, Dr. Oussou Fofana, aller aux urnes en 2015 est une obligation.

L’assemblée générale de l’UFDG s’est tenue ce samedi 10 janvier 2015 à son siège à la minière sous la présidence de docteur Fodé Oussou Fofana, vice-présidence du parti. Aux militants et sympathisants du partis mobilisés pour écouter leurs leaders, Fodé Oussou Fofana a notamment dit que le titre de chef de fil de l’opposition n’est qu’une distraction de la part du président Condé. « On ne peut pas nous distraire pour dire que Cellou est le chef de fil de l’opposition. Avec des titres qui n’ont pas de sens pour nous », dit t-il.

Dans la même lancée, Dr. Oussou a fait comprendre, que  si M. Cellou Dalein est chef de fil, ce n’est pas grâce au président Alpha  condé, mais c’est grâce à ses militants qui ont rendu l’UFDG un grand parti. Avant d’ajouter que Cellou ne se bat pas pour être chef de fil de l’opposition mais pour être président de la république de la Guinée.

S’exprimant sur le cas particulier de la tenue des élections en 2015, le vice-président de l’UFDG, martèle : « Ce n’est pas M. Alpha Condé qui décide si nous allons partir aux élections. Nous allons partir aux élections, c’est une obligation. Parce que s’il n’y a pas d’élections en  2015, ça veut dire que le mandat du président est terminé. On rentre directement dans la transition ».

Il faut que les élections communales soient organisée avant les présidentielles. Il ne s’agit pas de dire que nous allons organiser les élections, mais c’est quand il faut les organiser. On devait organiser les élections depuis le mois de janvier 2014, il y a aujourd’hui plus d’un an. Les délégations spéciales devaient être là que pour trois à six mois. Mais, ils sont là depuis plus de 4 ans. Nous ne reconnaissons plus ces délégations, leur mandat est arrivé à l’expiration. Quand quelqu’un n’a pas de mandat, il n’a pas de légitimité. Tout ce qu’il fait est nul et non avenu. Nous allons demander à M. Alpha condé qu’on organise les élections, s’il n’accepte pas, nous même l’obliger d’organiser dans les quartiers nos propres délégations spéciales. S’il veut qu’on gère la Guinée normalement, on va le gérer, mais s’il veut la pagaille on va l’aider à faire la pagaille ».

Fatoumata Kéita pour guineematin.com

 

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin