Préfet_Mali, Harouna SOUAREA la date du 24 janvier dernier, les autorités sanitaires de la région ont recensé 34 contacts dans les préfectures de Mali et Lélouma, a constaté sur place l’envoyé spécial de Guineematin.com à Tounty Kokouma dans la commune rurale de Dougountounni.

Comme annoncé dans nos précédentes éditions, une importante délégation des autorités locales et des services techniques de la santé s’est rendue le 24 janvier dernier à Tounty Kokouma relavant de la commune rurale de Dougountounny dans la préfecture de Mali où un cas importé d’Ebola a été confirmé par les servies compétents depuis le vendredi 23 janvier.

Conduite par le gouverneur de la région administrative de Labé, cette forte délégation comprenait aussi le préfet de Mali, le Directeur régional de la santé de Labé, les Directeurs préfectoraux de la santé de Mali, Lélouma et Gaoual. On notait aussi la présence du sous-préfet et du maire de Kounsitel, localité de la préfecture de Gaoual.

Les services concernés ont alors identifiés sur place 25 personnes faisant partie des contacts parmi les proches parents du défunt, 8 dans la préfecture de Lélouma et un qui a été rattrapé par les autorités de Kounsitel. Ce dernier qui avait quitté Tounty Kokouma dès la confirmation du cas d’Ebola dans localité tentait de rejoindre Conkary par bicyclette quand il a été repéré à Kounsitel suite à une alerte des autorités sanitaires de Mali. Il a été ramené à Kokouma par le Directeur préfectoral de la santé Gaoual accompagné du sous-préfet et du maire de Kounsitel.

Hier samedi 24 janvier, la délégation officielle a annoncé à la population locale la mobilisation de beaucoup de partenaires impliqués dans la lutte contre cette épidémie en Guinée dont la mission onusienne qui devait, dit-on, installé dans le village de Tounty Kokouma une équipe médicale de surveillance des personnes contacts à partir de ce dimanche 25 janvier.

Au titre des dispositions des autorités locales pour limiter la propagation de la maladie dans la zone, le préfet Harouna SOUARE, adepte de la loi de la facilité, a imité à la manière des automates et sans raison valable ce qui a été fait ailleurs à tort, en décidant de fermer unilatéralement les marchés hebdomadaires et les écoles installés dans la zone. Il ne s’est même pas référé aux techniciens de la santé placés sous son autorité. Il aurait compris que cette décision abusive et inutile ne contribue nullement à barrer la route à l’épidémie hémorragique à virus Ebola. Elle aggrave tout simplement les conditions de vie déjà précaires des pauvres citoyens des localités concernées qui ne subsistent que quotidiennement.

Il ne sera donc pas facile d’atteindre l’objectif zéro Ebola en 60 jours quand le politique autoritaire ne tient jamais compte de l’avis des spécialistes de santé publique dans la prise de décision. Fermer les marchés pour lutter contre Ebola c’est donner un coup d’épée dans l’eau. Si les autorités concernées avaient réagi à temps et conformément aux recommandations des spécialistes à l’alerte donnée par la communauté de Tounty Kokouma qui a signalé le retour du jeune en provenance du Libéria le jour même où il est arrivé dans le village, le préfet de Mali n’aurait pas eu besoin de fermer inutilement des marchés et écoles

Idrissa Sampiring DIALLO pour Guineematin.com

Téléphone : (00224) 660 11 35 15 & 622 269 551           

 

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin