Palais de justice de MandianaAprès les affrontements inter communautaires entre maliens et guinéens dans la préfecture de Mandiana, le 25 janvier dernier, Guineematin.com a dépêché un reporter sur les lieux pour s’entretenir avec les acteurs et autorités locales des deux pays. À cette occasion, notre reporter a profité pour faire un tour dans la ville de Mandiana.

Parmi les lieux à visiter par un reporter, notre journaliste a été interpelé par le manque criard d’infrastructures et de meubles dans les lieux et bâtiments publics, comme c’est le cas du palais de justice.

Interrogé sur place, le greffier en chef de la préfecture, Me Michel Millimono, a décrit les très pénibles conditions dans lesquelles ils travaillent : « Nous vivons dans des conditions très difficiles comme vous avez pu le constater. Les plafonds de la salle sont défoncés, il n’y a même pas de chaises pour les juges lors des audiences. Nous n’avons pas de prison civile ici. Après le jugement d’un prévenu, nous sommes obligés de financer notre propre son transfert à Kankan », a-t-il dit.

L’autre problème soulevé par Me Michel Millimono est la proximité de la localité avec deux pays voisins avec pour conséquence, la criminalité transfrontalière : « Nous sommes à la frontière avec deux pays : la Côte d’Ivoire dont la dernière sous-préfecture est Nomodjila, côté guinéen et Niantanina, côté malien. Imaginez à la frontière, il y a toujours des coupeurs de route et des bandits de grand chemin », explique Me Millimono.

Devant cette situation, le greffier en chef a lancé un appel aux autorités au plus haut niveau pour la reconstruction et l’équipement du palais de justice de Mandiana.

En attendant la vidéo de l’entretien que le greffier, Michel Millimono a accordé à l’envoyé spécial de Guineematin.com sur place, voici quelques images du palais de la justice de Mandiana :

Ibrahima Sory Diallo, envoyé spécial de Guineematin.com à Mandiana

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin