le président de l'Assemblée nationale, Claude Kory KondianoAprès leur réunion du mardi 17 mars 2015 au QG de l’UFDG à Hamdallaye CBG, les leaders de l’opposition guinéenne ont annoncé le retrait de leurs députés (51/113) du parlement, de la CENI, l’intention d’aller installer leurs délégations spéciales et projeté des manifestations publiques.

Interrogé sur le retrait des députés de l’opposition de l’Assemblée nationale, au cours d’un entretien qu’il a accordé à un de nos reporters chez lui, ce jeudi 19 mars 2015, Aboubacar Somparé, ancien président de l’Assemblée nationale, a dit que le retrait des députés de l’opposition peut entraîner la paralysie des activités du parlement guinéen. «  Quand les 49 députés vont se retirer de l’Assemblée sur 114, c’est beaucoup. Il va rester que peu de députés. Ça peut paralyser le parlement parce que 49 plus les deux députés de l’UPG. Le total sera 51. Il y a certaines lois pour les voter, il faut nécessairement les 2/3 des députés. Dans tel cas les autres ne pourront pas travailler », a rappelé l’ancien secrétaire général du parti au pouvoir. Pour Somparé, il est souhaitable que les discussions continuent au parlement. « C’est le meilleur lieu pour les débats », a-t-il déclaré.

A rappeler que lors de cet entretien, l’ancien chef du législatif guinéen, co-facilitateur désigné par la mouvance présidentiel, a bel et bien reconnu que l’organisation des élections communales avait fait l’objet de discussion et que la CENI devrait s’y atteler…

 Kolouba Koïvogui pour Guineematin.com
624-21-00-81

 

 

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin