police, Baffoé, Au lendemain de la manifestation de l’opposition guinéenne à Conakry, Guineematin.com a joint au téléphone, ce mardi 21 avril 2015, Faya François Bourouno, porte-parole du Parti de l’Espoir pour le Développement National (PE.D.N), pour nous faire le bilan de la journée du lundi 20 avril 2015. Pour ce responsable politique, une dizaine d’arrestations ont été enregistrées, alors qu’une autre manifestation est prévue par l’opposition, le jeudi 23 avril 201, sur tout le territoire national. Selon Bourouno, le slogan de l’opposition lors de la prochaine manifestation sera le départ du Président Alpha Condé si la situation ne change pas jusqu’à cette date.

« Jusqu’hier, il y avait quinze (15) militants qui ont été arrêtés au niveau de Dabompa par le colonel Baffoe lui-même. Ce groupe était hier au commissariat de Matoto. Parmi ces personnes arrêtées, il y avait deux militants du PE.D.N et les autres aussi étaient des militants de l’opposition.

Ce matin (mardi 21 avril 2015), le groupe a été déféré à la maison centrale de Conakry en passant par le tribunal de première instance (TPI) de Mafanco où le mandat de dépôt a été élaboré par les autorités judiciaires de ce tribunal. Au moment où je vous parle, ils sont à la sûreté de Conakry. Nous avons commis nos avocats à la tâche, ils vont assurer leur défense parce que c’est sont des prisonniers politiques. Il y en a même des gens qui ont été arrêtés à leurs domiciles par le colonel Baffoe, en disant qu’il a eu des informations selon lesquelles ces personnes seraient prêtent à brûler des pneus ? Ce qui est faux.

Nous savons qu’ils ont reçu des instructions  du pouvoir en vu de nous affaiblir ou de nous décourager mais, ils se trompent parce que l’arrestation de ces militants marquera encore le redoublement de notre courage par rapport à la marche du jeudi qui est annoncée.

Nous allons poser leur libération aussi comme préalable à toute négociation parce que ce sont des citoyens qui ont voulu manifester conformément à la constitution guinéenne. On ne peut pas aujourd’hui comprendre qu’on puisse arrêter nos militants qui exerçaient leur droit pour des motifs tel que évoqué par le colonel Baffoe. On ne sait pas comment il se comporte.

Nous ne croiserons pas les bras, nous sommes déjà entrain de travailler pour que la manifestation du jeudi prochain soit une marche définitive pour la sortie de crise pour le peuple de Guinée parce que nous demanderons le départ du Président de la République si nos militants ne sont pas libérés et si nos revendications n’ont pas satisfaites.

Pour l’instant je ne suis pas à mesure de vous dire exactement combien ont été arrêtés mais ceux de l’opposition qui ont été déférés sont une dizaine.

Si la CENI ne change pas le chronogramme des élections et on ne libère pas nos militants, nous demanderons le départ du Président de la République. Et actuellement nous travaillons avec nos fédérations à l’intérieur du pays pour étendre la manifestation du jeudi ».

Propos recueillis par Mamadou Alpha Baldé, pour Guineematin.com

Tél : 622 68 00 41

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin