Manifestation, opposition, Hier, jeudi 23 avril 2015, l’opposition guinéenne avait appelé à manifester sur toute l’étendue du territoire national contre le chronogramme de la CENI qui prévoit les élections présidentielles avant les locales.  Dans la capitale du pays, Conakry, cette manifestation n’a pas dérogé à la coutume : des manifestants et des agents des forces de l’ordre se sont affrontés dans plusieurs quartiers.

De Sonfonia à la Cimenterie, des jeunes manifestants ont été les véritables maîtres des lieux et durant de très longues heures, malgré la détermination des agents déployés sur le terrain dont certains ont été accusés d’avoir tiré à balles réelles. La route étant en reconstruction, les jeunes n’ont pas eu des difficultés à l’envahir de pierres et des troncs d’arbres, empêchant ainsi  toute circulation sur l’axe.

blessé, victimeA Sonfonia, on compté quatre (4) blessés dont trois (3) par balles. La première victime, Aïssatou Diombo Diallo, 24 ans, a reçu une balle au niveau de la gorge et a été admise aussitôt à la clinique Ifono de la cimenterie, dans le secteur Hafia.

Les trois (3) autres, Apha Oumar Sow, 18 ans, a été atteint par une balle de la gendarmerie à l’avant bras, selon la victime. Boubacar Cherif Sall, 19 ans, a été  atteint par une balle à la la cuisse, de la part de la police, selon la victime.   Thierno Mamadou Bah est âgé de 13 ans, il a été  atteint par une pierre sur la nuque. Ils ont tous été admis à la polyclinique ‘’Aguisat’’ de Sonfonia 2.

Parmi ces manifestants, certains détenaient des armes blanches (machettes et ciseaux) et appelaient à être armés pour défendre leurs familles qu’ils disaient être victimes des bavures des forces de l’ordre.

A Cosa, des gendarmes qui avaient arrêté un jeune manifestant, ont été contraints de le libérer par la pression des jeunes qui demandaient aux gendarmes de ne pas se comporter comme la police.

agent, fusilgendarmes armés, balle, fusilDans ce camion de la gendarmerie immatriculé 350660 GN, le chauffeur détenait un un fusil de guerre.

Vers la transversale menant à Nongo, les policiers ont arrêté quatre (4) jeunes manifestants avant de quitter les lieux.

A Bambéto et Hamadallaye, les scènes de course-poursuite se multipliaient entre des jeunes manifestants et des agents des forces de l’ordre.

Au moment où les jeunes de l’axe s’affrontaient avec les agents des forces de sécurité, le chef de file de l’opposition était encerclé à son domicile de Dixinn.

Là, une altercation a éclaté entre la police et la gendarmerie. Les uns voulant accéder au domicile, les autres les empêchant de franchir la barrière. Des injures ont été échangées. Les gendarmes conseillent aux policiers d’utiliser leur intelligence et les policiers répliquent en qualifiant les gendarmes de traîtres.

pistolet, fusil, police Dans la foulé, le colonel Ansoumane Camara, alias Baffoé affirme avoir entendu un tire venant du domicile du leader de l’opposition guinéenne, Cellou Dalein Diallo, et jure d’arrêter le leader de l’UFDG et de le déposer à la DPJ, s’il mettait ses pieds dehors.

Au domicile de Cellou Dalein, deux jeunes blessés ont été  évacués après une négociation menée par le président des NFD, Mouctar Diallo, qui réussira à convaincre la gendarmerie de permettre l’évacuation des blessés.

Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin