Alpha Condé invite Cellou Dalein : «ils s’entendront et trouveront des solutions», dit Saliou Bella

Alpha Condé, Cellou Dalein DialloAncien proche de Cellou Dalein Diallo dont il a la même préfecture d’origine (Labé), ancien vice-président de l’UFDG, docteur Saliou Bella Diallo- originaire de la préfecture de Labé comme le chef de file de l’opposition- porte désormais la parole de la mouvance présidentielle, celle qui défend avec bec et ongles le chef de l’Etat. Il a accepté de réagir ce soir à l’invitation que son ami d’aujourd’hui (Alpha Condé) adresse à son ami d’hier (Cellou Dalein Diallo).

« Nous sommes très heureux que le premier magistrat du pays invite celui avec qui il est allé au second tour en 2010 et qui se trouve être le chef de file de l’opposition, afin qu’ils parlent de l’avenir de la Guinée.  C’est sûr que quand ils  vont se rencontrer, ils  s’entendront et trouveront des solutions», dit-il.

A la question de savoir si le président Alpha Condé aura quelque chose à offrir au chef de file de l’opposition, afin que les manifestations soient annulées ou suspendues, Dr. Saliou Bella Diallo demandera plutôt ce que Cellou Dalein Diallo pourrait dire à Alpha Condé pour justifier ces dites manifestations émaillées de violence.

« Mais, qu’est ce que le chef de file de l’opposition a à brandir pour pouvoir assurer une argumentation valable pour pérenniser la violence en République de Guinée », s’interroge-t-il.

Selon Saliou Bella, comme ce fut le cas en 2013, il est possible que la CENI gèle ses activités sur le terrain et qu’un dialogue s’ouvre entre les différentes parties prenantes du processus électoral.

Pourtant, cet après-midi (mardi 5 mai 2015), suite à une rencontre au domicile de Sidya Touré, l’opposition a décidé de poursuivre ses manifestations le jeudi à venir et le  lundi suivant. Alors que Cellou Dalein Diallo avait déjà reçu l’émissaire et la missive de Sékoutouréya.

Au téléphone de Guineematin.com, le porte parole de la mouvance présidentielle n’a pas caché son exaspération : « L’oppositions doit comprendre que les marches ne sont plus à l’ordre du jours en Guinée. Elles engendrent toujours des dégâts.  Le gouvernement est déjà entrain de travailler pour  indemniser les victimes des manifestations tenues à la veille des législatives de 2013,  d’identifier et de  sanctionner les coupables. Je ne souhaite pas que l’opposition perpétue ses manifestations», dit Saliou Bella Diallo.

Thierno Amadou Camara

+224 622 10 43 78

 

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS