Forécariah : 7 cas contacts d’Ebola placés en détention à la prison civile avant le résultat du test

Naufrage à Forécariah, DPSLes personnes qui transportaient clandestinement le corps de l’élève policier, Mohamed Lamine SOUMAH (mort d’Ebola) dans la sous-préfecture de Maférinyah avaient été déjà placées en détention à la prison civile de Forécariah pour avoir violé l’état d’urgence sanitaire en vigueur dans notre pays, a appris Guineematin.com d’un officier de gendarmerie en poste dans la préfecture.Suite à la publication de nos différentes dépêches sur le cas du corps sans vie retrouvé dans un véhicule de transport en commun en partance pour la sous-préfecture de Maférinyah, le commandant de la compagnie de la gendarmerie de Forécariah, le Colonel Gilbert LAMAH a contacté un observateur de Guineematin.com basé dans la préfecture pour préciser qu’il ne s’agit pas d’un gendarme mais d’un élève policier.

L’officier de la gendarmerie préfectorale de Forécariah a ajouté qu’après le coup de filet réussi de la patrouille mixte conduite par le Capitaine Boubacar II DIALLO en service à la Baterie d’Artillerie de Forécariah et composée de policiers, de gendarmes et de militaire, le comité préfectoral de défense et de sécurité a immédiatement déféré à la justice de paix de la préfecture, les personnes qui accompagnaient clandestinement le corps de Mohamed Lamine SOUMAH dans la sous-préfecture de Maférinyah à bord de la voiture OPEL CORSA de couleur verte immatriculée RC 4613 Z2.

Poursuivis pour avoir violé les dispositions du décret portant état d’urgence sanitaire en Guinée relatives à l’interdiction de transporter les corps décédés d’Ebola ou pas d’une localité à une autre, les prévenus ont été immédiatement logés à la prison civile de Forécariah par le Juge de Paix.

Malheureusement, cette décision du Juge de Paix de Forécariah est intervenue avant que le laboratoire d’analyse du CTE de Conakry se prononce sur les raisons du décès de l’élève policier Mohamed Lamine SOUMAH. C’est pratiquement 72 heures après leur internement à la prison civile de Forécariah que les spécialistes ont confirmé qu’il s’agit bel et bien d’un cas d’Ebola.

Interrogé par Guineematin.com sur cette question, le Colonel Gilbert LAMAH a tenté de minimiser le risque : « ils étaient isolés à la maison centrale, ils n’étaient pas en contact avec les autres détenus » rassure l’officier de la Gendarmerie.

Qu’à cela ne tienne ! Ces prévenus logés à la prison civile de Forécariah alors qu’ils devaient être mis en quarantaine pour une période de 21 jours ont pour noms : «Seydouba SOUMAH, jeune frère du défunt ; Alhassane SYLLA, cousin du défunt ; Alhassane CAMARA, ami du défunt ; Sékou BANGOURA, chauffeur ; Fatoumata SOUMAH, fiancée du défunt et le Capitaine de l’infanterie, Aboubacar SOUMAH, père du défunt qui a fait valoir ses droits à la retraite.»

A signaler que le véhicule dans lequel on transportait clandestinement ce corps a été placé sous scellé ouvert à la compagnie de gendarmerie de Forécariah.

Idrissa Sampiring DIALLO pour Guineematin.com
Téléphone : (00224) 622 269 551 & 660 11 35 15

 

 

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS