Dialogue : l’opposition abandonne TOUT et se rend ! Le gouvernement « autorise » 7 délégues

oppositionAprès plusieurs mois de manifestations et de déclarations tonitruantes, l’Opposition a annoncé, à l’issue de sa réunion d’hier au QG de l’UFR, qu’elle répondra positivement demain au dialogue sans avoir obtenu la moindre concession de la part du Pouvoir, maître de la situation politique comme jamais ! Même pas la libération des prisonniers, à plus forte raison l’inversion du chronogramme à cause duquel ces derniers ont été interpellés, au moins six personnes tuées, plusieurs blessés et d’innombrables dégâts matériels… absolument rien !

Mais, pour annoncer leur décision d’aller au dialogue, les leaders de l’Opposition ne pouvaient pas dire à leurs militants qu’ils ont échoué et qu’ils reviennent sur tout ce qu’ils avaient juré ! Pour mieux polir son discours, le porte-parole des opposants a dit : « nous avons décidé d’envoyer une mission restreinte à l’ouverture du dialogue » ! Puis, une respiration de l’éloquent Aboubacar Sylla pour permettre d’abord aux journalistes de comprendre qu’il a dit l’essentiel (l’Opposition a voté OUI au dialogue de ce jeudi 18 juin et même si elle n’a obtenu aucune concession)…
Ensuite, n’ayant pas d’acquis à annoncer et des « préalables satisfaits » pour justifier cette « importante » déclaration, le porte parole a alors enchaîné : « les contours et la configuration de cette délégation seront définis ultérieurement », dit-il, ajoutant que cette délégation ne discutera que de la question préjudicielle du chronogramme relatif aux élections communales. Soit !
Mais, les stratèges politiques du Pouvoir savent que les opposants ne s’entendent pas ; dans cette Opposition dont certains s’opposent les uns aux autres, le Pouvoir est « rassuré » qu’il ne sera pas facile de composer une délégation d’une à deux personnes. Et, voulant gagner TOUS les combats, le gouvernement a dû se renseigner sur les « contours et la configuration » de la délégation « restreinte » que l’Opposition compte envoyer.
En tous les cas, le gouvernement a anticipé pour « limiter » le nombre des représentants de l’Opposition à sept (7). Et, pour se montrer équitable, le gouvernement demande à la Mouvance présidentielle aussi de ne désigner que sept délégués. Par contre, pas de limite pour la CENI, ni la pour société civile, encore moins la communauté des partenaires techniques et diplomatiques, qui se présenteront en tant qu’observateurs comme la société civile.
Enfin, le président du cadre du dialogue, maître Cheick Sako, étant très occupé le matin, il a alors été demandé aux « dialogueurs » d’attendre 14 heures pour venir dans la Salle des Actes, au Palais du peuple pour ouvrir leur « palabre » !
Liste des martyrs de la démocratie au cimetière de Bambéto
Liste des martyrs de la démocratie au cimetière de Bambéto

Bref, une parenthèse se ferme avec des durs mois de discours, manifestations sanglantes, villes mortes, pays mort, funérailles, pertes économiques etc. sans aucun acquis et les très respectées personnalités qui ont dirigé et défendu tout cela vont ainsi à la pointe des pieds pour faire ce qu’ils avaient juré de ne JAMAIS faire : dialogue sans aucune condition avec la garantie de se faire encore avoir et sortir crier au diable ! Pauvre de mon peuple qui est prisonnier de ses leaders dans ce pays paradisiaque…

Nouhou Baldé
-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS