Madina, habits Ce jeudi 18 juin 2015 est le premier jour du mois saint de Ramadan. Certaines filles et dames ont déjà changé d’apparence. Une réalité palpable un peu partout dans la ville de Conakry, a constaté une journaliste de Guineematin.com, qui a sillonné certains endroits. Les foulards et les caftans remplacent les jupes mini, les robes, les collants, des coiffures extravagantes, les pantalons serrés et les body chez bon nombre de musulmans, a constaté Fatoumata Yacine Sylla, qui a elle-même un peu changé son habitude vestimentaire. 

Aujourd’hui, c’est une autre décision que la majeure partie des jeunes et certaines personnes âgées ont choisi conformément aux principes de l’islam.  Pendant ce mois saint,  certaines filles musulmanes, la plupart d’ailleurs, libèrent leurs têtes des chevelures, des maquillages pour porter des foulards.
Un style que la plupart des jeunes filles adoptent après onze mois de système vestimentaire libre et non approprié aux règles de l’islam.

Il suffit de jeter un coup d’œil dans certains marchés, pour se rendre compte que les foulards sont convoités en ce moment. « Femmes achetez la clé du paradis !», c’est l’un des slogans de certaines vendeuses qui poussent à acheter ce tissu qui couvre la tête.

Mariam Camara est une vendeuse à Madina

«J’ai changé ma marchandise à une semaine du Ramadan. Depuis, les affaires bougent vraiment pour moi. Vous savez, pour faire bien le commerce aussi, il faut savoir anticiper les choses. Je vends plus de deux paquets de foulards et 10 à 15 robes par jour», nous a-t-elle confié.

Néné Binta Sow : le mois de Ramadan est une occasion pour les musulmans de se rapprocher de Dieu et de se repentir

« Je suis vraiment heureuse quand je vois nos jeunes filles bien habillées. C’est une valeur qu’elles ont perdu au profit d’une culture qui les déshonore.  Les Imans, les sages doivent profiter de ce mois bénis pour prêcher des bons conseils à nos jeunes sœurs et frères pour qu’ils comprennent que nous sommes des étrangers sur terre et nous avons inévitablement des comptes à rendre demain », a-t-elle rappelé.

Dans son boubou avec un bonnet, Alia Sylla ne portera que des gros habits et passera plus de temps dans les mosquées

« Le Ramadan c’est une fois dans l’année. Je travaille pour moi-même. C’est pour dire que mes contraintes sont limitées. Je compte passer ces trente jours de  jeun et d’abstinence dans les règles de l’islam ».

Les buvettes et autres lieux de loisir ne connaissent pas le même engouement. Mais, d’habitude, beaucoup sont les jeunes qui reprennent  les veilles habitudes, le jour marquant la fin de ramadan.

Yacine Sylla pour Guineematin.com

Tél. : (+224) 628 71 71 56

 

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin