Dinguiraye 1La société minière de Dinguiraye est implantée à cheval entre Siguirinin qui relève de la préfecture de Siguiri et Banora dans Dinguiraye. Elle doit verser à cet effet 0,4 pour cent de son chiffre d’affaire et une taxe superficielle en fonction du périmètre occupé, chaque année, à ces deux communautés riveraines. Mais, depuis des années, la société est accusée de manquer à cette obligation, au mépris de la loi minière. Joint au téléphone par Guineematin.com ce mardi 23 juin 2015, le vice-maire de Banora et le préfet de Dinguiraye ont reconnu la disponibilité d’une partie de ces taxes, les O,2 pour cent, mais pas la taxe superficielle. Pire, le maire de Siguirinin dit n’avoir rien perçu depuis 2010.

Dinguiraye  «Ils ont payé une partie. Nous avons ciblé des actions, des appels d’offres ont été lancés et  demain, mercredi 24 juin 2015, nous procéderons à la passation des marchés », nous a confié Elhadj Sékou Traoré, vice-maitre de la commune rurale de Banora.

Parmi les édifices prévus pour la zone de Banora, Monsieur le vice-maire parle de sept infrastructures dont deux mosquées, un collège, des forages, un logement des enseignants de Mataganya et un bureau pour la commune rurale de Banora.

Elhadj Mouloukou Souleymane Camara, préfet de DinguirayeJoint également au téléphone, le préfet de Dinguiraye, Elhadj Mouloukou Souleymane Camara, en convalescence actuellement, a dit à Guineematin.com qu’il s’agit des 0,2 pour cent, la part de Banora puisque les autres 0,2 pour cent doivent revenir à Siguirinin. « Au cours d’une session que j’ai présidée, les  collectivités ont proposé beaucoup d’infrastructures, mais par rapport à l’enveloppe, nous avons revu à la baisse le nombre d’édifices à réaliser. Des appels d’offres ont été lancés après avoir fait des cahiers de charge bien sûr. Nous avons fait ça en connivence avec monsieur Tafsir Diallo, chargé des relations communautaires et maître Sow, conseiller juridique à la SMD », a précisé le préfet de Dinguiraye.

Par contre, « depuis que le directeur des mines a porté plainte contre la SMD, les taxes superficielles n’ont pas été payées, à ce que je sache » ajoutera Monsieur le préfet.

Du côté de Siguirinin, ce n’est pas le même son de cloche : « Depuis 2010, nous n’avons rien vu. En plus de ça, dans la vente des ferrailles, selon la clé de répartition, nous devons bénéficier de  10%  des retombées. Mais, l’Agence Nationale d’Aménagement des Infrastructures Minières qui se charge de cela, ne nous donne rien maintenant », s’est plaint Monsieur le maire de Siguirinin.

Joint au téléphone, un responsable de la SMD, apparemment très pris lorsque nous l’appelions pour des fins de vérification, a conseillé Guineematin.com de s’en tenir à ce que le préfet et les deux autres responsables venaient de nous dire…

Thierno Amadou Camara pour Guineematin.com

+224 622 10 43 78/ [email protected]

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin