TPI Mamou 1Elle voulait aider à faire libérer un prisonnier détenu dans l’affaire du massacre du 28 septembre, mais c’est elle qui va à un procès ! Visée par une plainte de la famille Guilavogui, Madame Makanéra Emile Koïvogui ne s’est pas présentée au tribunal de première instance de Dixinn où elle était attendue ce matin, mardi 23 juin 2015, a appris Guineematin.com sur place.

Madame Emile Koïvogui, épouse du ministre de la communication Alhoussseny Makanéra Kaké, est accusée d’avoir réclamé et encaissé des biens pour faire libérer Marcel Guilavogui, un capitaine de l’armée guinéenne, proche de l’ancien chef de la junte militaire, qui a été interpellé en 2010 pour son rôle dans les massacres du 28 septembre 2009. Ceci, avant même que son époux soit élevé à la tête du ministère de la Communication. N’ayant pu faire libérer le prisonnier, la dame voit ainsi une plainte de la famille de ce dernier.

Mais, selon son avocat, madame Emile Koïvogui n’étant pas bien portante, selon son avocat, le procès a été renvoyé au 7 juillet 2015. « Elle sera là ce jour », a promis maître Béavogui, son avocat.

Yacine Sylla était au TPI de Dixinn pour Guineematin.com

 

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin