Kindia : l’élimination du mariage précoce au cœur d’un un forum préfectoral

Bienvenue à KindiaLa direction régionale de la promotion féminine et de l’action sociale, en collaboration avec une ONG locale, ont organisé hier, lundi 29 juin 2015, un forum préfectoral sur la prévalence des mariages précoces sous le thème « Accélérons nos efforts pour éliminer les mariages précoces en Afrique ».

La rencontre a eu lieu au centre de formation professionnelle de Kindia. Objectif, permettre aux acteurs en charge des questions de l’enfance, de connaïtre la problématique des mariages précoces dans la préfecture.

Ce forum a regroupé toutes les couches sociales à savoir : les clubs scolaires, les responsables des écoles publiques et privées, les élus locaux, les salons de coiffures et coutures, les ONG, les forces de défense et de sécurité, la santé, la justice, les associations de jeunesse et des groupements féminins.

Au cours de cette conférence, les participants se sont basés sur des points comme la problématique du mariage précoce, la définition, les instruments juridiques afférents au mariage précoce, la législation guinéenne sur le mariage précoce, les causes, les conséquences ainsi que les stratégies de lutte contre cette pratique.

Pour éradiquer donc les mariages précoces en Guinée, particulièrement dans la préfecture de Kindia ,les acteurs ont recommandé la mise en place de stratégies pour le changement de comportement, l’élaboration et l’application des dispositions répressives et des actions politiques à travers la scolarisation des filles et des programmes d’alphabétisation en faveur des enfants.

Jean Marie Koundouno, Inspecteur principal de police, juriste et conférencier nous donne quelques statistiques : « la prévalence du mariage précoce en Guinée est beaucoup plus élevée que la moyenne de l’Afrique subsaharienne qui est de 37% pour les femmes mariées. Ce même phénomène a pris particulièrement de l’ampleur en Guinée : trois sur cinq jeunes filles sont mariées à moins de 18 ans, c’est une révélation du ministère des affaires sociales lors de la célébration de la journée internationale de la jeune fille en 2012».

Plus loin il ajoutera que le même chiffre n’a pas connu de recul en 2009, en dépit des efforts de la communauté internationale. En témoigne un document publié par le roulement des affaires étrangères, le taux de prévalence des différentes régions donne :

  • Haute Guinée 76% 
  • Moyenne-Guinée 75%
  • Basse-Guinée 61%
  • Guinée-forestière 75%
  • Conakry 39% 

Dans son discours de circonstance, Aicha Bah Directrice régionale des affaires sociales a lancé un appel aux femmes : « nous femmes, nous devons tous nous mobiliser afin de lutter contre ce phénomène qui commence à prendre de l’ampleur dans notre société », a-t-elle declaré.

A l’issue de cette rencontre, les stratégies de lutte ont été trouvées (notamment la sensibilisation, l’éducation, l’autonomisation, le plaidoyer, prévoir des dispositions pénales, l’engagement personnel du gouvernement ; comme recommandations de la part des participants : organisation des campagnes de sensibilisations dans toutes les sous-préfectures et tous les quartiers de la commune urbaine, sur les inconvénients des mariages précoces.

De Kindia, Daman Mansaré pour Guineematin.com

621 830 748 655 606 430

 

 

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS