Gbéroudou Kignoro : les dangers de la pollution de l’eau par les orpailleurs Boukinabès

la mare de Baro, KouroussaGbéroudou Kignoro est l’une des Sous-préfecture de Kouroussa. C’est une zone où l’orpaillage est une activité très florissante. Cette activité attire non seulement les citoyens de la localité, mais d’autres guinéens et étrangers notamment les Burkinabés. Des Bourkinabé dont le Président de la République avait clairement demandé le départ au mois de mai dernier lors de sa tournée dans la région. 

« Depuis certains temps, les méthodes d’exploitation et de traitement portent un coup dur sur l’environnement, indiquent certains citoyens de la localité. Les laveries instaurées par les Burkinabés et utilisant les produits chimiques ne sont pas sans conséquence. Le cours d’eau « Tabako » et autres petits cours abritent plus d’une vingtaine de laverie et ces laveries sont devenues aujourd’hui une source potentielle de pollution entrainant de facto la mort du bétail du village et la disparition de certaines espèces aquatiques », précise notre confrère Fodé Nanfadima Keita de la radio Baobab Fm de Kankan, citoyenne de la localité.

Selon notre confrère, « les produits chimiques comme le cyanure et le mercure utilisés pour le traitement de l’or sont très toxiques et semblent être une source de diverses maladies pour la population qui y tire l’essentiel de leur ressource en eau. C’est aussi un véritable danger pour le bétail qui s’abreuve à partir de là. Il est aussi à noter que ces activités risquent d’entrainer le tarissement des cours d’eau pollués ».

Selon Moussa Kanté citoyen installé à Kignero qu’on a joint au téléphone, « cette activité d’orpaillage est un réel problème de pollution. Pour Kanté, c’est dans les lits des cours d’eau abritant les laveries que les orpailleurs déversent les résidus de leur orpaillage composés essentiellement de la boue, de gravier, de la graisse, de l’huile. Les exploitants eux aussi y déversent les ordures ménagères et font des abords des cours d’eau de lieu de défécation qui semble aussi aggraver la situation de la pollution ».

Déjà, les riverains du cours de Tabako se plaignent de la mort de leur bétail après avoir bu l’eau de Tabako. « A cette allure, si rien n’est fait, ce sont les personnes qui en seront victimes », précisent-ils. Les populations de Kignero demandent aux autorités de leur venir au secours pour leur éviter le pire…

De Kankan, Mamadou Sounoussy Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 00224 622 39 82 83

 

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS