Kindia, éducationLa bibliothèque municipale de Kindia est très peu fréquentée par les lecteurs, a constaté Guineematin à travers son correspondant local qui s’est rendu sur place le vendredi 10 juillet 2015. Ceci, malgré le coût abordable de l’abonnement, fixé à 2500 francs guinéens par an. 

Pourtant, sa construction, en 2008, avait été considérée comme un soulagement pour la population locale. Ce délaissement continuel de la bibliothèque est considéré par certains comme une démission de fournir à l’esprit sa nourriture.

Mamadou Bhoye Bah a dit à Guineematin.com ce qu’il croit être la cause de ce manque de fréquentation : « la non fréquentation de cette maison de lecture pourrait s’expliquer par le fait que les lecteurs utilisent maintenant la nouvelle technologie comme internet qui met les enfants au centre du monde. A cela, s’ajoute la non climatisation des lieux ».

Bissiriou Camara, élève en classe de terminale Sciences Sociales au lycée 28 septembre, regrette amèrement cet état de fait. « En ce moment, ce qui reste clair, c’est que nous sommes les victimes dans le futur parce que nous ne lisons plus », a dit cet élève.

Un autre élève rencontré dans la salle de la bibliothèque, Elisabeth Konomou, nous a confié que « les jeunes guinéens aiment aujourd’hui la facilité, c’est pourquoi le niveau des élèves régresse ».

De Kindia, Daman Jeannot Mansaré pour Guineematin.com

 

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin