Vente du poisson : les réalités au port de pêche de Bonfi

Poisson au Port de pêche de Bonfi (2)Alors que l’Etat parle d’une réussite du repos biologique organisé par le ministère en charge de la pêche entre  Juillet et Août  2014, l’approvisionnement de la population en poisson  laisse à désirer, du fait de la cherté des prix dans les marchés. Cette situation  pousse certains consommateurs à dévier les marchés et se rendre directement au port afin d’alléger le prix d’achat des poissons, a constaté Guineematin.com hier,  jeudi 16 juillet 2015 au Port de pêche de Bonfi.

Poisson au Port de pêche de Bonfi (8)Le port de Bonfi n’est plus ouvert qu’aux femmes et aux  sociétés de distribution de poissons dans les différents marchés de la capitale. Dès votre entrée, tout à fait à votre gauche, s’étend une vaste zone de fumage de poissons. « Nous payons le casier de poisson frais à deux cent mille. Après le fumage, nous revendons  ces poissons fumés dans les marchés de telle sorte  qu’on  ait  cinquante mille sur chaque casier. Le prix de vente est alors de deux cent cinquante mille GNF », a expliqué à Guineematin.com une de ces braves femmes qui font cette activité, qui a préféré garder l’anonymat.

Poisson au Port de pêche de Bonfi (7)De l’autre côté du port, à droite, se débarquent et se vendent des poissons et autres produits halieutiques de toutes sortes. « Nous achetons les poissons frais à vingt mille (20 000) francs guinéens par kilogramme et nous revendons en faisant des marges. Mais, parfois, par manque de clients, nous revendions le kilo à dix huit mille (18 000) francs, en perdant ainsi deux mille francs », nous a confié Madame M’mah Bangoura, vendeuse de poisson au Port de Bonfi. « Il faut savoir que nous faisons des dépenses. C’est notamment les deux mille francs guinéens que nous payons par jour aux autorités portuaires», dira-t-elle, en mentionnant d’autres dépenses comme les frais liés à la conservation des poissons.

Poisson au Port de pêche de Bonfi (5)Parfois, les clients qui viennent acheter des poissons  discutent les prix  par tas et non par kilogramme. Et, ils font de bons marchés lorsqu’un client a la chance de tomber sur les pécheurs eux-mêmes. « Ici, je viens d’acheter la douzaine de poisson à vingt mille (20 000) francs guinéens, alors qu’au marché, j’aurais dépensé plus que trente cinq mille (35 000) francs guinéens pour la même quantité. C’est pourquoi, au lieu d’acheter au marché, j’ai préféré venir au port moi-même », nous a déclaré un père de famille tenant deux plastiques bleus remplis de poissons.

Comme ce monsieur, nous avons rencontré plusieurs personnes, des cadres parfois, venus  s’approvisionner en poisson, ici au port de Bonfi à cette veille de fête.

Poisson au Port de pêche de Bonfi (1)Depuis le 1er juillet 2015, le ministère de la pêche et de l’aquaculture a de nouveau  interdit aux navires de pêche industrielle d’effectuer des activités de pêche dans les eaux guinéennes, jusqu’au 31 août. Cette mesure vise à permettre un repos biologique pour un meilleur développement des ressources halieutiques, afin que l’accès à celles-ci soit facile aux consommateurs.

Thierno Amadou Camara pour Guineematin.com

Tél. : +224 622 10 43 78 

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS