« Les ministres Gassama et Sako devraient choisir l’histoire », pense Dr. Oussou Fofana

Fodé Oussou Fofana« Aujourd’hui, si j’étais à la place du ministre de la justice ou du ministre des droits de l’Homme, j’aurais démissionné. Je ne comprends pas comment est-ce que des personnalités comme Cheick Sako et Gassama Diaby dont les compétences et la bonne volonté n’ont jamais été remis en cause peuvent cautionner la violation des droits de l’Homme dans notre pays comme nous le vivons aujourd’hui. », a regretté Docteur Fodé Oussou Fofana, au cours d’un entretien téléphonique avec Guineematin.com ce mardi.

Poursuivant son raisonnement, le vice-président de l’UFDG précise bien que le silence de ces deux personnalités bien appréciées jusqu’à ce jour dans l’opinion guinéenne ne peut pas se comprendre face aux violations continuent des Droits humains dans ce pays et paraître comme s’ils n’étaient pas coupables. « Qui ne dit rien consent », rappelle Docteur Fodé Oussou Fofana, faisant référence à ce qui est arrivé à son collègue, Ousmane Gaoual Diallo, la disparition du journaliste d’Espace TV, Cherif Diallo et l’interpellation, suivie des coups et blessures du Directeur de Publication de Guineematin.com, Thierno Amadou Camara le 31 juillet dernier au siège de PUP.

Sur ce qui est arrivé au journaliste de Guineematin.com, Docteur Fodé Oussou Fofana a une pertinente remarque : « Posez-vous la question de savoir pourquoi il y a eu un tel déploiement policiers autour d’un congrés. Nous, à l’UFDG, nous sortons d’un congrès qui a mobilisé beaucoup plus de monde. Mais, il n’y a avait pas de policiers. Cela veut dire que ce qui s’est passé au PUP était prémédité… ».

Revenant sur ses conseils pour des ministres qu’il apprécie par ailleurs, le troisième vice-président de l’UFDG a rappelé que rares ont été les ministres dans notre pays à avoir choisi l’histoire dans des moments difficiles.

« Jean Claude Diallo s’est montré grand quand il a démissionné et reparti en Allemagne au lieu de cautionner la dictature. L’histoire le retiendra. Abdourahmane Sano a été grand quand il a démissionné suite aux massacres du 28 septembre 2009. L’histoire le retiendra… », a notamment rappelé le président du groupe parlementaire des Libéraux-Démocrates ; dénonçant un acharnement sur le député pour un motif qui n’en vaut pas.

« Comment vous pouvez imaginer qu’on ferme des frontières, qu’on perquisitionne chez Ousmane Gaoual, etc. Et, quand vous demandez les motifs, on vous dit qu’il est accusé de s’être pris au collet avec quelqu’un et que des personnalités comme Cheick Sako et Gassama Diaby, qui ont la possibilité de vivre même en France continuent de cautionner de telles attitudes et de servir un tel système ? », s’interroge l’opposant.

Sur ce que fera l’UFDG, Fodé Oussou Fofana annonce une réunion ce mardi 04 août 2015 à l’issue de laquelle son parti se fera entendre.

Entretien réalisé au téléphone de Guineematin.com par Nouhou Baldé

 

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS