Reforme du secteur de la sécurité : comment tenir compte du genre ?

Officiers au palais du PeupleDes officiers guinéens de la sécurité et de la défense ont entamé des concertations sur le programme de développement du secteur de la défense et de la sécurité, le mercredi 5 août 2015, au palais du Peuple. Cette politique cible essentiellement les membres des comités techniques sectoriels de la reforme dudit secteur, a appris Guineematin.

Cela est parti d’un rapport d’évaluation fait par les nations Unies, l’organisation de la francophonie en 2009 sur l’état de la sécurité en Guinée, notamment dans le domaine de l’environnement, de la police, la gendarmerie, l’armée, et la protection civile. Selon les termes de référence, cette nouvelle politique qui vise à créer un cadre d’échange et de partage au sein des forces de défense et de sécurité sur les questions liées au genre se tiendra pendant un mois.

sécuritéSelon le Monsieur Eloi KOUADIO IV, directeur pays A I PNUD, présent à cette cérémonie d’ouverture des activités, le PNUD s’est engagé à appuyer les efforts de restructuration et de renforcement des capacités institutionnelles et du personnel des forces de défense et de sécurité, depuis 2011. Pour lui, la preuve en est entre autres, « le récemment biométrique de l’armée, la mise à la retraite de 4 000 militaires, la création et la mise en place du comité national de pilotage de la RSS, l’élaboration d’un cadre stratégique RSS, etc.), a cité le représentant du PNUD, Monsieur KOUADIO IV dans son allocution.

Le Directeur a aussi signalé le nombre insuffisant de femmes dans les différents secteurs : 6% dans l’armée, 15% dans la gendarmerie, 22,6% dans la protection civile et vingt cinq (25) femmes seulement au parlement sur 114 députés soit 22%. Poursuivant, il rappel indiquera que la Guinée, étant un pays où les questions de paix et de sécurité constituent des enjeux majeurs de développement, mérite bien d’être accompagnée.

Pour sa part, Dr Dielieman Ousmane Koyuyaté, conseillé politique au ministère de la défense nationale, a affirmé que la Guinée est le seul pays dans l’espace CEDEAO qui a un document de politique nationale de défense. « La promotion du genre et la lutte contre prolifération des armes de guerre sont entre autres des recommandations de la reforme », a-t-il conclu.

Ibrahima Sorry Diallo pour Guineematin.com

 

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS