Claude Kory Kondiano, président de l'Assemblée nationale de Guinée, Dans un courrier adressé au groupe parlementaire des libéraux démocrates, le Président de l’Assemblée nationale, l’H. Claud Kory Kondianho rappelle à celui-ci qu’il la nécessitée, selon lui, de laisser la justice faire son travail dans le cas Ousmane Gaoual Diallo.

Ce courrier fait suite à une lettre antérieure à lui adressée, lui demandant de s’investir pour faire suspendre les poursuites engagée contre le député Ousmane Gaoual Diallo, qui a été d’ailleurs jugé et condamné hier, jeudi 13 août 2015.

Rappelant le principe de séparation des pouvoirs, Claud Kory Kondianho invoque l’article 65 de la constitution et se renvoie à la déclaration du Procureur qui avait qualifié l’acte commis par le député Ousmane Gaoual Diallo de flagrant de délit. A cet effet, selon l’H. Claud Kory Kondianho, « l’Assemblée nationale ne peut être ni consultée ni appelée à interférer puisqu’il nécessite une poursuite directe à engager au sens de l’article 65 ».

 « De ce qui précède, notons qu’en notre qualité de législateur, tous les députés, représentants de la nation, se doivent de donner force à la loi dont ils sont les concepteurs et garants », dira le président de l’Assemblée nationale.

Joint au téléphone par Guineematin.com, l’H. Oussou Fofana, président du groupe parlementaire des libéraux démocrates, se dit déçu. « Nous avons des doutes sur le président de l’Assemblée nationale par rapport à sa capacité de gérer cette institution», dira Fodé Oussou Fofana.

Ce groupe parlementaire promet de se réunir et réagir à cette « altitude douteuse» du président de l’Institution.

Thierno Amadou Camara, pour Guineematin.Com

+224 622 10 43 78

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin