Coupe abusive du bois à Koubia : les conservateurs de la nature passifs ou complices ?

Camion bois, forêt, KoubiaA l’occasion d’une de ses sorties pour des reportages dans les différentes collectivités de la préfecture, le correspondant local de Guineematin.com a été surpris de voir des tronçonneuses et des centaines de madriers dans les hautes campagnes de la sous-préfecture de Gadha-Woundou, préfecture de Koubia.

Se présentant aux auteurs de la coupe abusive du bois, au moment où ils chargeaient leur camion pour demander s’ils avaient une autorisation d’une quelconque autorité pour exercer cette activité, un des deux auteurs s’est contenté d’interdire au journaliste de les filmer ou de prendre la moindre image…

Bac Gadha– Woundou, KoubiaAprès ladite forêt, le correspondant de Guineematin.com à Koubia a alors rencontré le sous-préfet de Gadha-Woundou, Fakoly Kouroumah, pour lui demander s’il y avait une autorisation signée de lui pour permettre à ces personnes de faire une telle activité dans sa zone de commandement. Monsieur le sous-préfet s’est montré très étonné et a promis de demander aux conservateurs de la nature.

Poursuivant ses enquêtes, notre correspondant local a appris que les forêts classées de Woundou font partie du Patrimoine National. On a expliqué à Guineematin.com que c’est cette forêt qui sert de protection et de cordon vert entre le Sahel (République du Mali) et la préfecture de Koubia.

Or, aujourd’hui, nos constats sur place révèlent que cette forêt est fortement menacée par des citoyens qui ne cherchent que leur intérêt personnel au détriment de l’écosystème et des populations.

Mairie de Koubia 1En s’intéressant à cette forêt classée, le correspondant de Guineematin.com a rencontré plusieurs habitants qui déplorent cette situation et s’interrogent surtout sur le rôle des innombrables agents conservateurs de la nature qui sont déployés dans la Guinée profonde aux frais de l’Etat et qui étaient sensés lutter contre de telles pratiques et, au contraire, initier des activités de reboisement pendant. La question qu’on a alors droit à se poser est celle de savoir si les conservateurs de la nature sont des salariés de l’Etat passifs ou pire impliqués dans ce trafique du bois contre la nature qu’ils sont sensés protéger ?

A rappeler qu’à part cette destruction de la forêt classée de Gadha-Woundou, Guineematin.com a trouvé un peu partout dans la préfecture des charbonniers qui n’hésitent plus à couper les grands arbres pour ériger des fours à charbon, notamment dans la forêt de Sougué, à un kilomètre à l’Ouest de la ville de Koubia et surtout dans le marigot. Cela, au vu et au su de tout le monde, sous l’œil impuissant des citoyens dont les dénonciations ne leur attirent que d’inutiles ennuis.

De Koubia, Mamadou Alpha Diallo pour Guineematin.com

 

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS