Communes urbaines et rurales : les 128 maires renvoyés après l’élection…

Mairie de ForécariahC’est le ministre de l’Administration du territoire et de la décentralisation, le général Boureima Condé, qui a lui-même fait l’annonce à la radio nationale : ordre est donné aux administrateurs déconcentrés (gouverneurs et préfets) de renvoyer les 128 maires des communes urbaines et rurales pour installer ceux qui ont été désignés par les partis politiques majoritaires dans ces circonscriptions électorales, conformément à l’accord du 20 août dernier.

Comme on le sait, l’opposition avait exigé le changement à la tête des mairie pour accepter la tenue de l’élection présidentielle avant les communales. Et, l’accord politique du jeudi 20 août 2015 avait effectivement indiqué que ces maires devaient être installés avant le 2 septembre dernier. Mais, pour mieux gérer le processus électoral, le pouvoir a joué sur le temps. L’arrêté ministériel portant nomination de ces maires n’a été pris que le 1er octobre et devait être appliqué juste après.

Peu après la sortie de cet arrêté, Guineematin.com avait d’ailleurs eu au téléphone le ministre de la Justice et président du cadre de dialogue. En partance pour Mamou où il devait assister à la célébration de la fête anniversaire du 2 octobre, le ministre avait confirmé avoir fait remettre une copie à chacune des parties concernées avant de bouger de Conakry.

Finalement, cet arrêté qui devait bénéficier d’une application immédiate n’a bénéficié de son premier commentaire officiel que deux semaines après sa signature ! Et, détail non négligeable, après l’élection présidentielle pour laquelle les opposants tenaient à son application.

« C’est peut-être possible de les installer maintenant. En réalité, le pouvoir ne voulait pas qu’il y ait des témoins du crime électoral », a commenté un opposant, au téléphone de Guineematin.com ce soir.

A suivre !

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS