Chef observateurs de l'union européenne Frank EngelComme on le sait, le rôle que les observateurs de l’Union européenne ont joué dans le processus électoral en cours est diversement interprété. A l’occasion de leur première sortie post électorale, ces observateurs ont estimé que « les anomalies constatées n’entachent pas la crédibilité du scrutin » du 11 octobre 2015. Depuis, est née une polémique entretenue par des opposants et des acteurs de la société civile qui estiment que nos observateurs étaient allés loin et que cette sortie précipitée semblait viser à « valider » le scrutin au moment même où les adversaires du régime réclamaient son annulation à cause justement des irrégularités qui auraient faussé et perturbé le choix des électeurs.

Aujourd’hui, c’est à la CENI que les observateurs de l’Union européenne s’adressent pour réclamer la publication « dans les plus brefs délais » des procès verbaux des différents bureaux de vote.

Mais, les questions qu’on se pose aujourd’hui portent par exemple sur l’opportunité et l’importance même d’un débat autour de ces élections contestées par l’opposition et « validées » par ces observateurs.

A quoi servira réellement le débat sur les éventuelles fraudes, étant donné qu’elles « n’entachent pas la crédibilité du scrutin » et que le principal adversaire du régime ne compte pas sur la Cour Constitutionnelle pour se faire entendre ? Ou bien ces observateurs chercheraient simplement à justifier la prolongation d’un séjour lucratif dans la pauvre Guinée en perpétuelle crise ?

A suivre !

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin