Alpha Condé, Cellou dalein Diallo, Sékoutouréya, palais Mohamed VC’est une scène insolite qui se joue actuellement dans l’une des 128 communes concernées par le renouvellement des délégations spéciales ; un renouvellement issu de l’accord politique du jeudi 20 août 2015, a appris Guineematin.com des acteurs de la scène. 

Secrétaire fédéral de l’UFDG, monsieur Mamadou Baïlo Diallo a été désigné pour présider la délégation spéciale de Koundara, en attendant l’élection d’une nouvelle équipe communale.

Malheureusement, suite aux affrontements pré électoraux enregistrés dans la ville, le 19 septembre dernier, l’homme a été interpellé et transféré à la prison de Boké où il est toujours retenu avec 36 autres dont monsieur Abdourahmane Sané, également désigné pour appartenir à la nouvelle délégation spéciale de Koundara.

Comme on le sait, l’UFDG avait crié au « deux poids deux mesures » qui a fait arrêté un groupe de belligérants et laissé l’autre puisqu’il est proche du pouvoir. Même Amnesty International s’était fendu d’une déclaration. Mais, motus et bouche cousus de la part de nos gouvernants.

Et, Pan ! C’est le moment de l’exécution de l’arrêté du ministre de l’Administration du territoire et de la décentralisation, signé depuis le 1er octobre. Mais, celui qui doit présider la délégation spéciale de Koundara est toujours en détention à la prison « pont de fer » de Boké.

« Qu’est-ce qu’il faut faire ?», s’interroge alors Hassane Sanoussy, le préfet de Koundara, joint au téléphone par Guineematin.com dans l’après-midi de ce mardi 20 octobre 2015. « J’ai reçu un ordre du ministre de l’Administration du territoire que je dois exécuter. Mais, regardez l’article deux de l’arrêté. Qu’est-ce qui est dit ? », a demandé le préfet de Koundara à Guineematin.com qui lui demandait s’il lui revenait de remplacer le maire désigné par son adversaire.

En effet, l’article 2 de l’arrêté n°4631/MATD/CAB/2015 dispose : « Le président ou à défaut le vice-président remplit les fonctions de l’Autorité Exécutive locale conformément aux dispositions de l’article 103 du Code des Collectivités Locales », a-t-on lu au préfet.

Bref, c’est finalement Elhadj Abdoulaye Boiro du RPG que le patron de la préfecture de Koundara s’apprête à réinstaller à la tête de la commune urbaine, à la place de Mamadou Baïlo Diallo de l’UFDG. «L’autre est en conflit avec la loi… J’ai informé l’autorité compétente ! », a notamment expliqué le préfet de Koundara.

Un autre coup dur que le principal parti de l’opposition aura du mal à encaisser au lendemain du « coup KO » qui semble rendre nos opposants aphones aujourd’hui. Surtout que c’est cette « occupation » des délégations spéciales qui se présentait comme une bouée d’oxygène au lendemain d’un échec électoral que l’opposition refuse d’accepter. Vous parlez de provocation politique ?

C’est forcément une affaire à suivre !

Nouhou Baldé pour Guineematin.com

 

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin