Décès de Thierno Madjou Sow : l’OGDH perd son géniteur

OGDHL’Organisation guinéenne des droits de l’Homme et du citoyen a été la pionnière des structures de défense des libertés et des droits humains dans notre pays. Elle a été créée en 1990, dès les premières heures de la liberté démocratique qui a permis la création des partis politiques.

« Il y a quatre signataires de l’acte fondateur de l’OGDH. C’est Bah Oury (qui avait des intentions politiques), feu Ahmed Tidjane Cissé (qui avait également des intentions politiques), le doyen Samba Touré (journaliste, ancien correspondant de l’agence Reuters et de la BBC) et Docteur Thierno Madjou Sow qui vient d’être rappelé à Dieu », a révélé un des plus proches collaborateurs du défunt, Thierno Abdoul Gadiri Diallo.

Porté à la tête de la structure dès sa création, Docteur Thierno Madjou Sow mènera le combat jusqu’à ses derniers jours. Ni une proposition de poste, ni argent, ni un quelconque autre avantage ne fera dévier le doyen de la lutte pour les libertés et les droits humains dans notre cher pays. Malheureusement, il a répondu à l’appel du Tout Puissant Allah sans avoir réussi à faire juger les criminels qui ont endeuillé plusieurs familles et qui bénéficient de l’impunité qui règne dans notre cher pays.

« Thierno Madjou Sow vient de s’éteindre. Il a consacré sa vie à son pays et à la cause des droits de l’homme », a posté Bah Oury, cofondateur de l’OGDH, fondateur et premier vice-président de l’UFDG sur son compte Twitter.

A suivre

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS