Conséquences d’Ebola à Fermessadou : le sous-préfet plaide pour  la prise en charge des parents des victimes 

Sous-préfet de FermessadouFemessadou est une sous-préfecture de Kissidougou. Après le passage de l’épidémie d’Ebola qui y a fait des dizaines de morts et des orphelins, le sous-préfet, Monsieur Kabinet Mansaré, accepte de parler des difficultés de sa population sinistrée et demande de l’aide. Il a accordé une interview à l’envoyé spécial de Guinematin.com dans la matinée de ce samedi 14 novembre 2015 à Fermessadou.

Décryptage !

Guineematin.com : Quel sentiment avez-vous après être sorti de l’épidémie d’Ebola ?

Kabinet Mansaré : Le sentiment que j’ai après un ravage humain, par rapport à Ebola, et par rapport aux dispositions prises par les communautés et leurs responsables,  Ils se sont donné les mains pour se retrouver et chercher à bouter cette maladie à virus Ebola hors de notre communauté.

Guineematin.com : Est-ce qu’on peut se rappeler du bilan de cette épidémie à Fermessadou ?

Kabinet Mansaré : Oui, le bilan est de cinquante (50) morts dans notre communauté selon les différents villages.

Guineematin.com : Quels sont ces villages ?

Kabinet Mansaré : Les villages qui ont été victime d’Ebola sont Yombiro, Kongola, Bambadou, Tongolto, Wondikoro, Bandou et Fermesssadou centre.

Guineematin.com : Comment les populations se relèvent-elles de cette épidémie ?

Kabinet Mansaré : Bon, après l’épidémie, le gouvernement et les partenaires ne sont pas restés sans venir prendre  cette s populations en charge en matière nutritionnelle, en matière d’intrants et en matière d’outils agricoles pour pouvoir sortir de la pauvreté que cette épidémie a apportée dan notre communauté.

Guineematin.com : Est-ce qu’il y a un programme pour les survivants ?

Kabinet Mansaré : Il y a bien un programme pour eux, établi par le gouvernement et les partenaires au développement. Depuis le début de l’épidémie, nous recevons les différents partenaires concernés par Ebola et des délégués du gouvernement. Non seulement pour venir s’enquérir des réalités mais mieux, pour repartir et nous apporter des aides en matière nutritionnelle.

Guineematin.com : Est-ce qu’on se rappelle de la période du passage d’Ebola içi ?

Kabinet Mansaré : Du 19 décembre au 15 février, Ebola a fait un ravage, mais par rapport aux mesures prises par la communauté, Ebola a été boutée rapidement hors de notre communauté.

Guineematin.com : Est-ce que vous avez besoin de quelque chose  en termes d’accompagnement?

Kabinet Mansaré : Notre souhait le plus ardent c’est la prise en charge des parents des victimes. Aujourd’hui ils sont démunis. Au lieu de les envoyer de temps en temps de l’aide, il serait mieux de  créer une ONG pour pouvoir les accompagner.

Guineematin.com : A part cela est ce que vous avez besoin d’autre chose  plus spécifiquement ?

Kabinet Mansaré : Bien sûre ! Tous les jours les parents des victimes viennent vers nous, le sous-préfet adjoint, le maire et moi-même par rapport à leurs besoins, pour qu’ils puissent s’autogérer. Nous aussi nous sommes dans les démarches pour que le gouvernement et les partenaires  nous viennent en aide par rapport à ça.

Guineematin.com : Est-ce que les activités ont repris dans toutes ces localités touchées par Ebola dans la sous-préfecture de Fermessadou ?

Kabinet Mansaré : Oui, bien sûr ! Tous les jours nous les visitons et nous sensibilisons la population à l’observation des mesures d’hygiène.

Guineematin.com : Auriez-vous un  message à lancer ?

Kabinet Mansaré : mon  message c’est par rapport à l’aide.

De Fermessadou, Thierno Amadou Camara, envoyé spécial de Guineematin.com à Kissidougou

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS