Le président du district de Womey 1 : « Certains ne sont pas revenus »

Chef du district de WomeyUn an après les émeutes meurtrières à Womey (préfecture de N’zérékoré), dont la répression par l’Eat a fait fuir l’écrasante majorité de la population, beaucoup d’habitants ne sont pas encore revenus. C’est du moins ce qu’a dit à l’envoyé spécial de Guineematin.com monsieur Kpali-Ouo Haba, le  président du district de Womey 1. Voici les raisons qu’il en a donné, ainsi que l’appel qu’il a lancé pour l’assistance de cette population.

Interview !

Guineematin.com : Après être sorti de la crise, est-ce que vous pouvez nous dire quel est le moral de votre population ?

Kpali-Ouo Haba : Il y a la question alimentaire, après ça, dans les écoles, il y a un manque de maîtres. Les enfants sont là. Nos enfants qui ont fini les études sont entrain de chômer. Nous n’avons pas beaucoup d’écoles. Nous remercions quand même le sous-préfet et les policiers qui garantissent notre sécurité. Il faut que le gouvernement  nous envoie des travailleurs. La police, il n’y a que deux. Avec deux éléments, ça rend très difficile le travail.

Guineematin.com : Est-ce que tous ceux qui avait fuit sont revenus ?

Kpali-Ouo Haba : Ils ne sont pas tous revenus. Parce qu’avec la destruction de leurs biens, comment ils peuvent venir s’installer. Ils sont ailleurs, ils sont entrain de se débrouiller pour revenir après.

Guineematin.com : Mais, est ce que vous savez au moins où sont-ils ?

Kpali-Ouo Haba : Avec la course là, on ne connait pas là où ils sont tous. Chacun se sauvait. Le problème de santé aussi, vraiment ça ne va pas du tout. Le personnel de santé est incomplet. Que le gouvernement nous aide à envoyer aussi du matériel de travail.

Guineematin.com : Vous me parliez tout à l’heure d’éléments de la préfecture qui manquent, de quoi s’agit-il ?

Centre de santé de WomeyKpali-Ouo Haba : Le problème primordial, c’est le problème de santé, le manque de médicament. Ensuite, le commissariat de police, même la gendarmerie. Tous les deux qui étaient là avaient été détruits.

Guineematin.com : Quel message adresseriez-vous au gouvernement et à la communauté internationale ?

Kpali-Ouo Haba : Nous remercions le président de la République et nous demandons à la communauté internationale de nous aider. Nous ne pouvons rentrer en possession de tout ce qui avait été détruit. Mais, en qui concerne surtout l’école et les forages, nous demandons à la communauté guinéenne et la communauté internationale de nous venir en aide dans tous les sens.

Interview réalisée à Womey par Thierno Amadou Camara, envoyé spécial de Guineematin.com

 

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS