Macenta : le préfet plaide pour plus d’électricité, des voiries et la relance de l’unité de production de Thé

préfet de MacentaManque de route, vétusté des infrastructures électriques, manque de forages, manque d’air de jeux pour la jeunesse… Macenta manque de beaucoup de choses et monsieur Kémo Pascal Dembadouno, le préfet, espère que ce second mandat d’Alpha Condé aidera à résoudre ces problèmes. C’est du moins ce qui ressort d’une interview que le préfet de Macenta a accordée à l’envoyé spécial de Guineematin.com, dans la matinée de ce mercredi 18 novembre 2015.

Tout d’abord, monsieur le préfet a cité le bloc administratif qui abrite son bureau et plusieurs directions préfectorales ; le bâtiment qui abrite la mairie et d’autres infrastructures réalisée à l’occasion de la célébration de l’an 55 de l’accession du pays à l’indépendance comme atouts que la population de Macenta a pu tirer du premier mandat d’Alpha Condé. Mais de tout ce que ce dernier a pu faire pour cette localité, le préfet salut en premier lieu, la réussite dans  la lutte contre  Ebola à Macenta.

Parlant de ce que celui qui sera réinvesti le mois prochain à la tête du pays devra faire faire pour satisfaire davantage la population de Macenta, le préfet citera également plusieurs besoins. « On a un manque de voirie urbaine, Il faut renforcer les capacités de production d’eau potable, On a aussi besoin d’électricité», a expliqué monsieur Kémo Pascal Dembadouno.

Parlant du manque d’électricité dont il souhaite la résolution par le chef de l’Etat, le préfet a indiqué que le minimum de courant électrique à la ville est produit par une micro centrale qui date du temps colonial et qui fonctionne avec beaucoup de difficultés.

Parlant des infrastructures juvéniles, il précise qu’une a été prévue dans le cadre du lot de réalisations à l’occasion de la célébration de la fête de l’indépendance à N’zérékoré. Mais, poursuit le préfet, celui qui a la charge d’exécuter  ce travail a dû faire peut être des mauvais calculs, empêchant l’opérationnalisation de la maison de cette infrastructure.

Le préfet espère voir le gouvernement et tous les ressortissants de Macenta conjuguer les efforts pour relancer l’unité de production de thé de Macenta.  De nos jours cette unité a besoin d’un nouveau départ. Mais il faudra passer par l’électrification et la réalisation des voiries.

Au delà du Thé, Macenta pourrait aussi être un passage obligé dans la production de caoutchouc à travers les plantations d’hévéa. Mais une fois en il faut de l’électricité et des voiries.

Guineematin.com vous proposera le décryptage de l’intégralité de cette interview dans les heures qui suivent !

De Macenta, Thierno Amadou Camara pour Guineematin.com

 

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS