Fodé Oussou Fofana, vice-président de l'UFDGA l’occasion de l’assemblée générale ordinaire de ce samedi 21 novembre 2015, le deuxième vice-président de l’UFDG et président de l’AG du jour, Dr. Fodé Oussou Fofana, a dénoncé le manque de responsabilité du gouvernement guinéen dans le conflit opposant deux familles dans la ville sainte de Touba, a appris Guineematin.com à travers un de ses reporters qui était au siège de l’UFDG.

Après une minute de silence à la mémoire des victimes de l’attaque terroriste à l’hôtel Radisson de Bamako (République du Mali) et ceux des violences qui ont secoué la ville sainte de Touba, le vice-président du principal parti de l’opposition guinéenne a dit ne pas comprendre l’irresponsabilité du gouvernement guinéen face justement à ce conflit opposant deux familles à Touba, dans la préfecture de Gaoual.

« Nous ne pouvons pas comprendre que des gens de la même famille, qui vivent ensemble depuis longtemps, puissent se battre à cause de la construction d’une mosquée.
Pendant un mois, la presse a attiré l’intention de notre gouvernement pour dire qu’il y  a un problème à Touba. Ce gouvernement a été incapable de résoudre un petit problème entre deux familles à Touba pendant un mois. Le gouvernement n’agit que lorsqu’il y a eu six morts ! », a dit Fodé Oussou Fofana.

Poursuivant son intervention, le vice-président de l’UFDG se dit choqué de cette intervention tardive du gouvernement. « Ils sont allés comme un médecin après la mort. Nous sommes choqués par ce qui est arrivé. On prend un décret pour enlever le ministre de l’Intérieur, le secrétaire général des affaires religieuses. Est-ce qu’un décret peut réveiller ceux qui sont morts à Touba ? », s’est-il interrogé.

Pour lui, cette faute est « collective » et la sanction devrait aussi l’être. Tout en condamnant ce qui s’est passé à Touba, le président du groupe parlementaire des Libéraux- démocrates a dénoncé cette politique de deux poids, deux mesures. « Ce gouvernement a fait quoi quand il y a eu des morts à Womey ? Ils ont fait quoi quand nous avons enterrés plus de 64 de nos militants ? Ils n’ont même pas pris la peine d’ouvrir une enquête. C’est grave, le gouvernement doit assumer son rôle pour assurer la sécurité des citoyens», a-t-il exigé.

« Il ne suffit pas de prendre un décret pour limoger quelqu’un, mais il faut plutôt situer les responsabilités. Il faut qu’on sache qui a fait quoi dans cette histoire », exige l’opposant.

Abdoulaye Oumou Sow pour Guineematin.com

Tél :(00224) 620 848 501/ 666 486 601

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin