Kouroussa, bibliothèque Camara Laye (1)Fondée en 1999, la bibliothèque préfectorale de Kouroussa est située au quartier Dalot. De nos jours, son administrateur dit ne plus recevoir d’aide ou de subvention et la fréquentation a considérablement chuté. Ouverte autre fois aux lecteurs de 9 heures à 18 heures, ses portes se ferment désormais à partir de 14 heures. Mais, entre manque criard d’équipements et de livre et chute du taux de fréquentation, le personnel, réduit à deux fonctionnaires, se bat difficilement pour maintenir la salle de lecture ouverte, a constaté sur place l’envoyé spécial de Guineematin.com, ce jeudi 11 novembre 2015.

Kouroussa, bibliothèque Camara Laye (2)« Depuis 2007, le projet qui nous supportait n’existe plus. Depuis lors, nous ne recevons aucune aide, ni subvention. Je dis bien, aucune subvention ni de la part de la mairie, ni de la part de la  préfecture, ni du ministère de la Culture dont nous relevons », nous a confié monsieur Faramoudou Camara, fonctionnaire et administrateur de la bibliothèque.

Parlant des causes de l’abandon de la bibliothèque par les lecteurs, monsieur Camara pointe du doigt l’exploitation de l’or qui intéresse désormais beaucoup d’élèves plus que la lecture. Il parle aussi de la cherté de la vie. « A partir de 2008, nous ne recevons presque pas de lecteurs. Avec l’or à Kouroussa, les élèves ont abandonné », a dit le directeur

Kouroussa, bibliothèque Camara Laye (3)Et d’ajouter, « les élèves et les fonctionnaires venaient, mais compte tenu aussi du coût de la vie, ils ont tous abandonné ». Alors que l’abonnement annuel ne coûte que quinze mille francs guinéens (15 000 GNF).

En plus du manque de livres, le bâtiment a besoin d’être rénové. A en croire le directeur, les équipements qui permettaient à la bibliothèque de projeter des films aussi ne sont pas en bon état.

Malgré cette situation, monsieur Faramoudou Camara, le directeur de la bibliothèque et sa seule collaboratrice constituent le personnel de cette bibliothèque et sont décidés à ne pas la fermer.

Mais, il leur faut de l’aide en termes d’infrastructures, d’équipement et de plus de politique pour attirer les lecteurs.

De Kouroussa, Thierno Amadou Camara, envoyé spécial de Guineematin.com 

 

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin