Usine de Thé de Macenta (1)A travers son programme de déploiement de ses reporters dans la Guinée profonde, Guineematin.com s’est rendu à l’usine de Thé de Macenta. A cette occasion, notre envoyé spécial dans cette préfecture avait pu constater l’état d’abandon dans lequel se trouve l’usine de thé, mais surtout l’espoir des citoyens locaux de voir cette unité industrielle reprendre ses activités comme l’a bien promis le chef de l’Etat lui-même, à l’occasion de sa campagne électorale. 

Seulement, au ministère de l’industrie et des PME, où un des journalistes de Guineematin.com s’est rendu ce jeudi 3 décembre 2015, on n’est pas dans le même enthousiasme. En réalité, aucun projet pratique n’est sur la table actuellement pour relancer la dite unité industrielle, contrairement à ce que croient les populations de Macenta.

Selon Ehadj Adama Touré, l’Etat pourrait chercher à relancer de cette unité industrielle l’année prochaine. « Nous allons lancer des appels d’offre internationaux pour un certain nombres d’entreprises dont l’usine de Thé de Macenta». Sinon, précise-t-il, l’Etat n’a aucune autre solution particulière pour relancer  cette usine. « L’Etat n’a pas d’argent pour ça », a-t-il expliqué.

A en croire Elhadj Adama Touré, l’usine de Thé de Macenta fait partie des seize entreprises nationales en faillite, dont la privatisation avait été décidée à la faveur du changement de régime intervenu en 1984 avec la privatisation des entreprises étatiques.

De nouveau, ces entreprises sont revenues dans le portefeuille de l’Etat qui chercherait à les relancer. C’est le cas de l’huilerie de Dabola qui, elle, est dans la phase de la reprise de ses activités, même si elle peine encore à fonctionner normalement…

Thierno Amadou Camara pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin