Pas de prison, un seul gendarme par sous-préfecture… Le patron de la gendarmerie de Tougué explique

Commandant Kolié 1Dans le cadre de la poursuite de ses enquêtes et reportages dans la Guinée profonde, l’envoyé spécial de Guineemantin.com a donné la parole au commandant de la gendarmerie de Tougué sur les questions sécuritaires et des difficultés que ses unités rencontrent durant l’exercice de leur fonction.

Durant l’entretien, le commandant Kolié Honoré a expliqué que le manque de personnel est le plus préoccupant dans sa zone de juridiction. Et, parmi les délits les plus fréquemment rencontrés à Tougué figure en bonne place le vol. « Le cas d’insécurité est rare chez nous ici. Je reconnais quelque fois des cas de vol, mais ça aussi c’est à des occasions rares », a dit le commandant Honoré.

Parmi les difficultés rencontrées par ses unités, le numéro Un de la gendarmerie de Tougué parle du manque de personnel. « Nous sommes en manque de gendarmes parce que Tougué compte 9 sous-préfectures. Dans chaque sous-préfecture, il n’y a qu’un seul gendarme ! Ça, c’est insuffisant. Normalement, une sous-préfecture doit avoir 5 à 6 gendarmes. Mais, nous sommes en manque de personnel », a-t-il expliqué.

En dehors de cette difficulté, la gendarmerie de Tougué se félicite d’avoir un moyen de déplacement lui permettant de sillonner toutes les sous-préfectures de Tougué. « Nous avons un moyen de déplacement qui nous permet de nous rendre dans les sous-préfectures, s’il y a des problèmes là-bas. S’il y a des cas de vols par exemple, si nous mettons main sur l’intéressé, on le traduit devant la justice. Pas plus tard que la semaine dernière, nous avons traduit des voleurs de bétails, en tout cas, des tentatives de vol de bétails, ils doivent purger leur peine à Labé », se félicite-t-il.

A la question de savoir comment on gère les prévenus dans cette préfecture qui n’a pas de prison, le commandant Honoré explique. « Pas plus tard qu’hier (vendredi 04 décembre 2015 : ndlr), nous étions à une réunion à Labé, sur invitation du procureur général de la République. Lui-même a évoqué le cas de Tougué et Koubia. Tougué n’a pas de prison, c’est un problème que l’Etat connait. Donc, pour le moment, si nous avons des cas pareils, on fait le PV (Procès Verbal : ndlr), on envoie au juge et on envoie l’intéressé à Labé pour purger sa peine », a-t-il dit.

Quand aux rapports entre ses unités et la population, le commandant Honoré s’est voulu rassurant : « Nous travaillons étroitement avec la population. D’ailleurs, pour le cas de Tougué, vous voyez que la préfecture de Tougué est dépeuplée, il n’y a pas de monde. Nous n’avons pas de problème avec la population. A partir de 18 heures, 19 heures, ça trouve que Tougué est calme. Par contre, on fait parfois des patrouilles ; mais, même ça aussi, c’est rarement qu’on trouve les gens dehors, surtout à des heures tardives », informe-t-il.

D’ailleurs, le Commandant Honoré Kolié a profité de notre entretien pour saluer la collaboration des autorités et des populations de Tougué avant de lancer un appel : « l’appel, c’est de nous aider, surtout sur le problème de vol et ça aussi c’est à des occasions rares. A Conakry, on dit que les bandits sont dans les quartiers. Mais, à Tougué, c’est rare de rencontrer des bandits. Et, si cela arrivait, une fois j’ai fais un communiqué à la radio pour dire : « le jour où vous allez rencontrer un élément quelque part que vous n’avez pas l’habitude de rencontrer, informez la gendarmerie », le message a été compris. Un jour, ils ont arrêtés quelqu’un et l’ont conduit ici parce qu’ils avaient des doutes sur lui. Les gens croyaient que c’était un bandit. Mais, ce n’était pas un bandit, c’était un fou qui a quitté Labé à pied. Le message a été entendu», s’est-il félicité.

De Tougué, Mamadou Alpha Baldé, envoyé spécial Guineematin.com

Tél. : 622 68 00 41

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS