Déguerpissement fait des victimesL’opération de déguerpissement, conduite par la police, a entraîné un court-circuit qui a consumé trois conteneurs qui n’avaient rien à voir avec cette opération, a constaté Guineematin.com à Dixinn. Sur place, plusieurs victimes se plaignent contre les agents de la police qu’ils accusent d’être à la base de ce qui leur arrive tôt dans la matinée de ce lundi 7 décembre 2015.

Des pauvres citoyens qui tiraient déjà le diable par la queue croient subir aujourd’hui la surprenante arrivée de Bangaly Kourouma à la tête de la police nationale et la volonté de se dernier de se faire bien apprécier de la présidence…

déguerpissment à DixinnPlusieurs années de labeurs sont perdues par des victimes qui n’en croient toujours pas à leurs yeux ! Monsieur Abdourahim Barry, madame Margueritte, vendeuse de cosmétique, et plusieurs autres tabliers sont de ces compatriotes qui ont ouvert la semaine par des durs pleurs ! La surprise est d’autant plus grande qu’ils ne font pas du tout parti de ceux qui sont visés par cette opération de déguerpissement en cours dans la capitale.

« Les agents sont venus casser comme vous le constatez, à 6 heure du matin. C’est ce qui a créé un court-circuit. Ils ont laissé brûler. Ce sont les voisins qui m’ont appelé. Les sapeurs pompiers aussi ne sont arrivés que trop tard. Tout a brûlé et je n’ai plus rien ! », s’est plaint monsieur Barry.

Au moment où nous quittions les lieux, un huissier de justice était arrivé pour constater les dégâts.

En remplaçant Mohamed Garé, le nouveau directeur de la police nationale, Bangaly Kourouma, est sur les pas de certains de ces prédécesseurs qui avaient « réussi » à poser des actes « tape à l’œil » pour se faire plaire du chef. Comme on le sait, plusieurs fois et depuis plusieurs années, des opérations de ce genre ont fait des victimes. Mais, les gens ont toujours réoccupé ces espaces, peu après l’opération de déguerpissement… Quid des victimes collatérales de cette opération !

Récemment, le Premier ministre et le gouverneur de la ville de Conakry avaient demandé aux occupant des abords de la route de dégager avant le début de cette opération déguerpissement pour préparer la ville à la « grande cérémonie » de prestation de serment du président réélu. Mais, une réoccupation du fauteuil présidentiel par le président sortant nécessite-t-elle autant de dégâts sur les pauvres citoyens ?

Abdoulaye Oumou Sow pour Guineematin.com
Tél.: (00224) 620 848 501

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin