Sacko Barry, maire de la commune urbaine de Tougué 1Dans la suite de la mission de ses envoyés spéciaux dans la Guinée profonde, le reporter de Guineematin.com dépêché à Tougué s’est entretenu avec le président de la délégation spéciale. Monsieur Mamadou Sacko Barry a dressé un tableau noir de la gestion de sa commune par l’équipe sortante.  

« Nous avons trouvé la commune urbaine de Tougué non pas à genoux, mais à terre ! Je dis bien à terre, parce qu’une administration qui ne marche pas, des recettes qui ne se font pas, une gestion non inscrite sur des registres, un personnel absent, une perte de confiance totale entre les citoyens et la commune, c’est le constat que nous avons fait », a-t-il introduit.

A la question de savoir combien son équipe a trouvé dans la caisse de la commune, à sa prise de fonction, monsieur Sacko Barry a jugé le solde de négatif ! « Pour un disponible d’un million cent quarante milles (1 140 000 GNF), on nous a présenté des arriérés de payement de plus d’un million cent quarante milles (1 140 000 GNF) ! Donc, c’est un solde négatif qu’on a trouvé », a-t-il dit.

Revenant sur ce que son équipe a pu faire depuis son installation à la tête de la mairie de Tougué, Sacko Barry, évoque une restauration de la confiance entre les contribuables et les responsables de la maire, ajoutant que la confiance avait été entamée par l’équipe sortante. « Dans un contexte où il n’y a pas de recettes, où même les droits de marché ne sont payés, pour faire confiance entre les contribuables et les responsables de la commune, on est entrain de tenter de restaurer d’abord la confiance entre les citoyens et les responsables de la commune que nous sommes. Conséquemment, diriger un génie managérial pour voir quelle activité mener pour ne pas décevoir les premiers espoirs des citoyens. Tout est mis en œuvre pour que notre départ soit facilité », a-t-il rassuré.

Pour lui, son équipe a déjà estimé qu’il faut être regardant du côté du patrimoine de la commune : « Nous avons même réussi à faire deux marchés hebdomadaires au titre des droits des marchés. Ces deux marchés nous ont donné un montant de quatre vingt trois milles francs guinéens (83.000 GNF). Vous voyez comment c’est maigre comme recette. Naturellement, il y a une gare routière qui donne un montant de trois cent mille francs guinéens par mois (300 000 GNF) et les sources tangibles, les sources fixes de la commune se résument à ça », a-t-il expliqué.

A la question de savoir combien le grand marché de Tougué génère comme recette, le président de la délégation spéciale se montre très amer ! « C’est ce grand marché qui nous a donné, deux semaines durant, moins de quatre vingt cinq milles francs (85 000 GNF). Quarante mille et quarante un mille francs guinéens », ajoute-t-il, avant de justifier cet état de fait par le non payement des taxes et le détournement par l’équipe sortante du peu d’argent qui était payé par les contribuables. « Les gens refusent de payer, personne ne paye de taxe ici ! Avant maintenant, toutes les taxes que les gens payaient passaient dans les poches », a-t-il dénoncé.

Pour ce qui est des redevances issues des sociétés qui évoluent dans la préfecture comme celles de la téléphonie mobile, monsieur Sacko Barry parle d’une « nébuleuse » qui a géré ces fonds dans une opacité totale avant de promettre toute la transparence dans sa gestion. « Avant de venir, ça nous avait préoccupés en tant que citoyens de la localité. Mais, je vous assure que c’était une nébuleuse. C’est une nébuleuse parce qu’on ne comprenait pas. Toutefois, nous sommes là, en fin d’année, ce qu’on peut affirmer est que maintenant il y aura la visibilité sur la destination de ces recettes. Nous viendrons jusqu’à interpeller certaines sociétés. Si nous ne trouvons pas de traces, si les gens passent autrement, si les montants sont versés à un autre niveau, nous les interpellerons », a-t-il promis.

Répondant à la question de savoir s’il pense que ces personnes ont détourné ces fonds versés par des sociétés téléphoniques, le président de la délégation spéciale pense plutôt à l’avenir ! «Les sociétés doivent avoir des écritures là-bas. Nous, on avait bougé ici, mais on  nous avait dit qu’on est politique et qu’il ne faut pas politiser cela. On cherchait toujours à nous dissuader à chercher la clarté. Mais, cette fois-ci, nous sommes en fin d’année. Les contrats, c’est nous qui les signerons. Toute société qui n’aura pas signé avec nous reviendra pour renouveler le contrat, ça c’est sûr », a précisé le maire de la commune urbaine de Tougué.

Pour ce qui est de la gestion antérieure, le président de la délégation spéciale de Tougué, ne veut pas faire une chasse aux sorcières. Selon Mamadou Sacko Barry, son équipe n’est pas venue pour une inspection ! « Nous ne venons pas en inspecteur, il y en a qui sont chargés de ça. Nous avons pris service à un moment donné, avec une situation comme telle. Nous allons de l’avant, si on se met à regarder le passé, c’est dire qu’on n’ira jamais de l’avant. Ce qui nous intéresse, c’est l’avenir », a-t-il rassuré.

De Tougué, Mamadou Alpha Baldé, envoyé spécial de Guineematin.com

Tél. : 622 68 00 41

 

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin